Antigone


contre la pense unique

Consultez ici les vidéos des conférences en ligne

 

Antigone s’engage et soutient

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

Tricontinentale : Mémoire, Martyrs, Internationalisme et Futur
Indigènes de tous les pays sous-développés: unissez-vous !
Samedi 26 septembre 2015
Auberge de jeunesse
10 Avenue du Grésivaudan, 38130 Échirolles


Matinée
9h30 Accueil des participants
10h-10h30 Motivations et ambitions du colloque (Rémy Herrera)
10h30-11h Che Guevara et la Tricontinentale (Aleida Guevara)
11h-11h30 La Tricontinentale: Mémoire et Vérité (Bachir Ben Barka)
11h30-12h Les Non alignés ou le Réveil politique des ‘‘Damnés de la terre’’ avec son mode opératoire la Tricontinentale (René Naba)
12h-14h Pot et Déjeuner

Après-midi

14h-15h Echange avec Aleida Guevara et Bachir Benbarka
15h-16h Intervention de Jean Paul Guevara: Ambassadeur de la Bolivie)
16h-17h Les printemps arabes: une révolution avortée? (René Naba)
17h-18h Table ronde: Synthèse et Perspectives (Bachir Benbarka, René Naba)

 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

Suite à l’expulsion violente du Jardin du 51 rue des eaux claires occupé par les collectifs RESF pain levé et savane, Hébergement logement et patate chaude le 30 mai dernier, ci-joint le communiqué du collectif hébergement logement.


Le collectif hébergement logement
Fichiers joints:
Télécharger ce fichier (Communiqué juin 2015 (1).pdf)Communiqué juin 2015 (1).pdf[ ]763 Kb12/06/2015 13:46
 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

affiche_13-14juin
 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

COMMUNIQUE DE PRESSE
REQUISITION D’UN BÂTIMENT PUBLIC
situé au 51 rue des Eaux-Claires à Grenoble
POUR HÉBERGER DEUX FAMILLES SANS DOMICILE


Grenoble, le 30/05/2015
Depuis plusieurs années, plusieurs familles du quartier des Eaux-Claires sont accompagnées par un collectif RESF de parents des écoles Painlevé et La Savane. Leur soutien est essentiellement administratif, moral, matériel et humain.
Depuis plus d’un an, une très nette aggravation de la problématique du logement est visible partout dans l'agglomération grenobloise. La situation de l’hébergement d’urgence et du logement social est telle aujourd’hui, qu'elle donne  lieu à la sélection des familles par des critères d’accueil extrêmement restrictifs qui ne respectent pas le Droit au logement, et condamnent à la rue des familles, et cela même lorsqu'elles ont des enfants en bas âge ou gravement malades.
Pour nous, habitants du quartier, parents d’élèves, militants du Droit au logement, la violence des situations vécues est  devenue insupportable. Et pour certaines de ces familles, nous n’avons trouvé aucune solution d'hébergement, malgré toutes nos démarches.  L’absence de solutions proposées par les autorités compétentes et l’urgence des situations vécues,  nous conduisent donc aujourd'hui, à soutenir une action de réquisition du bâtiment public inoccupé, situé au 51, rue des Eaux-Claires à Grenoble. Elle a eu lieu pour mettre temporairement à l’abri deux familles du quartier sans toit depuis trop longtemps et sans perspective d'en avoir un à court ou moyen terme. Cette action est soutenue par de nombreux citoyens de l'agglomération qui se relayeront sur les lieux.  
Des habitants du quartier, RESF Painlevé La Savane, Le collectif hébergement-logement, La patate chaude.
 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

Antigone soutient

La semaine des fiertés organisée par le centre LGBTI de Grenoble

http://grenoble-fiertes.com/GayPride
semaine_fierts

Fichiers joints:
Télécharger ce fichier (programme.pdf)programme semaine des fiertés Grenoble 2015[programme semaine des fiertés Grenoble 2015]970 Kb18/05/2015 14:55
 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

conference_luxleaks_grenoble_27_mai-f8ae3
 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

L'Autre 8 mai 1945

Il est impossible de célébrer les 70 ans de la victoire contre le fascisme sans la volonté d'arracher de l’oubli ce qui s’est passé en Algérie ce même 8 mai et les jours suivants.

Une manifestation pacifique à Sétif, Guelma, Khératta et la région  a été réprimée dans le sang ;des dizaines de milliers de civils algériens ont été massacrés par la Police, la Gendarmerie, les milices armées par les autorités locales, l'Armée Française, agissant sur ordre de l'exécutif.

Amputer notre histoire commune par l'occultation de ce crime d'Etat est une négation du combat contre le colonialisme.

Le 14 avril 2015, un Collectif Unitaire pour la reconnaissance des crimes d'Etat de 1945 en Algérie (Sétif, Guelma, Kherrata) s'est constitué. Outre cette reconnaissance, il demande: l’ouverture de toutes les archives, l'inscription dans la mémoire nationale de ces événements par le biais de gestes forts des plus hautes autorités de l'Etat et un soutien à la diffusion des documentaires relatifs aux événements dans l'Education Nationale comme dans les média publics. 

Après le vote à l'unanimité du conseil municipal de Paris demandant au chef de l'Etat de reconnaître ces massacres comme crimes d'Etat, nous appelons à un

Rassemblement unitaire le 8 mai 2015 à 15 h sur le parvis de l'Hôtel de Ville, à Paris,
et devant toutes les mairies de France
,

car le geste symbolique du secrétaire d'Etat chargé des Anciens combattants et de la mémoire, J-M. Todeschini, à Sétif, demeure très en-deçà de ces revendications.

 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

ZAD_Chambaran_2_mai_2015
 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

sme_ta_ZAD
 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

Fin de la trêve hivernale

Rassemblement place Félix Poulat à Grenoble le vendredi 27 mars à 17h30

Actions de soutien aux hébergé.e.s les 31 mars, du 1er avril, et ensuite


Vous savez peut-être que le 31 mars marque la fin de la trêve hivernale et, pour beaucoup, la mise à la rue de leur logement ou de leur hébergement.
En Isère, chaque année, la fermeture des centres d'hébergement hivernaux s'accompagne de remises à la rue massives, malgré l'illégalité de cette pratique contraire au principe de continuité de l'hébergement. Cette année, sur l'agglomération grenobloise, c'est plus de 200 personnes qui sont concernées et qui sont actuellement hébergées dans les centres du Rondeau, de Domène, de Pont-de-Claix, de Perce-Neige, de la Boussole et de la Chauve-Souris. Une quarantaine de personnes ont également été hébergées cet hiver dans le Nord-Isère.

L'année dernière, la mobilisation des hébergé.e.s et des personnes et collectifs les soutenant a permis que les associations gérant l'hébergement ne remettent pas illégalement et cyniquement à la rue les personnes hébergées dans les centres de Domène et Pont de Claix, et proposent à la plupart des hébérgé.e.s d'autres «Â solutions » d'hébergement, quand bien même celles-ci étaient majoritairement indignes (centre saturé et insalubre de Verlaine). Cette mobilisation a permis de contraindre les structures hébergeuses et la préfecture à entendre à minima qu'ils ne pouvaient pas constamment faire tout et n'importe quoi à l'encontre des droits des personnes. Elle a aussi permis que les personnes hébergées ne subissent pas uniquement la situation et se fassent entendre.

Cette année, des actions de visibilisation et d'interpellation des pouvoirs publics sont prévues pour la journée du 27 mars, à l'appel de la CISEM (Coordination Iséroise de Solidarité avec les Etrangers Migrants), du réseau Alerte et du collectif Hébergement-Logement :
- 11h30 : conférence de presse devant le centre d'hébergement Perce-Neige (23 chemin de Ronde, à côté du cimetière St-Roch, quartier de l'Ile Verte, Grenoble)
- 17h30 : rassemblement place Félix Poulat puis marche jusqu'à la préfecture

Pour les journées annoncées de fermeture, autour du 31 mars, du 1er avril, et ensuite : Des actions de soutien aux hébergé.e.s sont également prévues dans les centres, afin que les hébergé.e.s qui le souhaitent puissent faire valoir leur droit à la continuité de l'hébergement par le maintien dans les lieux ou toute action visant à éviter la remise à la rue et faire entendre leur parole.
Pour cela, nous avons besoin de soutiens.

, et si d'autres gens autour de vous souhaitent se joindre à cette démarche, vous pouvez écrire à l'adresse du collectif Hébergement-Logement ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ) et transmettre vos noms, contacts (mail-tél si vous souhaitez) et disponibilités. Cela permettra de mieux mesurer quel soutien nous pouvons proposer aux hébergé.e.s des différents centres.
Vous pouvez aussi adresser vos questions, sachant qu'il y aura le jour-même d'autres personnes de collectifs et d'associations impliqué.e.s dans la mobilisation, qui pourront vous apporter plus d'infos et de billes.

On espère vous retrouver bientôt !

Le collectif Hébergement-Logement, en lien avec les collectifs, associations et personnes mobilisées avec et pour les hébergé.e.s

   

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

affichette_loto




Depuis le mois de novembre les facteurs d'Echirolles sont en mouvement contre la délocalisation de leur centre.

Le samedi 14 mars les facteurs organisent un grand loto ( 18h salle Pablo Picasso à Echirolles).

Cette initiative a plusieurs buts :
créer un événement festif et populaire, permettre à nos soutiens de se rassembler, remplir notre caisse de grève.


 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

Vous voulez agir contre l'évasion et la fraude fiscale, venez nous rejoindre le
samedi 7 mars 2015 à 14h30 place Victor Hugo à Grenoble
pour une action ludique au centre ville, grande journée nationale d'action Attac lesrequins.org
 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

Occupation d'un bâtiment de l’Établissement Public Foncier Local (EPFL)

Aujourd'hui, samedi 24 janvier, Le collectif Hébergement Logement soutient et accompagne l'occupation d'un bâtiment de l'EPFL, au 16 chemin Robespierre, Grenoble.

Parce que trop de gens sont encore à la rue

Parce que des familles attendent pour y être logées

Parce les pouvoir publics locaux ne peuvent se défausser éternellement sur le désengagement de l’État pour justifier l'inaction ou la répression.

Nous affirmons notre soutien aux occupations de terrains et de bâtiments vides, et demandons le respect des obligations qu'elles impliquent en termes de droits et de dignité des occupant-e-s. Ce mode d'action nous semble être plus que légitime pour faire face aux carences de solutions adaptées.

N'hésitez pas à venir nous rejoindre sur place. Un repas chaud vous y attend !
Vous pouvez aussi soutenir cette action en envoyant vos propres communiqués à la presse, en appelant et/ou envoyant vos messages aux responsables de l'EPFL, à vos élus de la métro, de votre mairie...


Des associations, collectifs, individus sont déjà mobilisés devant le bâtiment...

Contact : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

Lettre ouverte pour le respect des droits et de la dignité des occupant-e-s de terrains et de bâtiments vides

Préambule:

En France, un nombre croissant de personnes se retrouvent à la rue ou dans des conditions d’habitat indécentes et/ou non pérennes. Pour de multiples raisons (exclusion, précarisation de plus en plus grande...), ces personnes sont de plus en plus nombreuses à trouver des solutions par elles-mêmes, occupant ici des terrains, là des bâtiments vides.

C'est pourquoi des collectifs, associations et individus souhaitent tirer la sonnette d'alarme tous ensemble.

C'est pourquoi les signataires de cette lettre ouverte (associations, collectifs, syndicats...) lancent un appel à solidarité envers toutes les personnes mal-logées ou sans logement et adressent ce message aux institutions: il est inacceptable de se renvoyer la balle et de multiplier les expulsions.

Un toit, c'est un droit! Pas un logement sans personne dedans, pas une personne sans logement décent.

Nous invitons les associations, organisations à rejoindre les signataires: Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Nous remercions par ailleurs les associations qui apportent soutien à la démarche et aux personnes concernées, sans pour autant être en mesure de signer cette lettre ouverte, au regard de leurs relations avec les institutions.

Lettre ouverte à la préfecture, à la DDCS, à la Métro, aux mairies, au Conseil Général, aux médias, aux associations...
Pour le respect des droits et de la dignité
des occupant-e-s de terrains et de bâtiments vides

En France, de plus en plus de personnes se retrouvent à la rue ou dans des conditions d’habitat indécentes et non pérennes. Ces personnes sont en situations d'exclusion, de précarité pour de multiples raisons : expulsions locatives dues entre autres à l'augmentation des loyers et des charges, à l'insuffisance du nombre de PLAIi, à la difficulté d'accès au droit commun, aux situations administratives n'ouvrant que peu de droits et à la stigmatisation de certaines populations.

Pourtant, au niveau national, européen et internationalii, des lois obligent l’État et les pouvoirs publics à garantir un hébergement pérenne et inconditionnel pour toutes et tous. Pourtant, des textes existent pour protéger les enfants, les personnes fragiles, les familles... Mais ces lois et ces textes ne sont pas respectés.

Face à cette situation, de nombreuses personnes n'ont d'autre choix que de recourir à l'occupation de terrains ou de bâtiments vides. Les conditions de vie y sont souvent précaires, d'autant plus quand les acteurs publics ou privésiii ne respectent pas leurs obligations (en termes d'accès aux fluides, de collecte des déchets, d'installations sanitaires, de protection des personnesiv…). L’accès à ces fluides et ces services garantirait pourtant des conditions de vie décentes.

De plus, le caractère illégal de ces habitations sans droit ni titre et l'absence de considération pour les occupant-e-s les exposent à une répression souvent violente (expulsions musclées, destruction des affaires personnellesv, distribution d'Obligation à Quitter le Territoire Français, dans le cas des migrants...).

Les expulsions se font souvent au mépris des textes existants qui garantissent certains droits aux personnes et la France a déjà été condamnée pour cela par les instances européennes et internationalesvi.

Depuis des années, le milieu associatif et militant se mobilise, rencontre les pouvoirs publics pour demander l'application du droit au logement et de la loi de réquisition, la fin de l’hébergement d'urgence au thermomètre et l’arrêt des expulsions.

Des promesses ont été faites, des déclarations de principe de personnalités politiques locales ont été prononcéesvii, mais malgré cela, peu de choses avancent, les institutions se renvoient la balle et aux yeux de nombreux acteurs de terrain, la dégradation de la situation s'accélère.

Un plan hivernal est encore une fois instauré, comme toujours insuffisant, notamment en termes de places, et avec à la clé les habituelles remises à la rue sans aucune solution proposée dès le printemps venu.

Nous ne cherchons pas à pérenniser des lieux d'habitat indignes mais à faire en sorte que leurs occupant-e-s puissent y faire respecter leurs droits et leur dignité.

Nous refusons que l'argument de l'insalubrité soit toujours utilisé comme alibi, pour une soi-disant protection des personnes, lorsqu'il ne vise qu'à camoufler la violence de remises à la rue dépourvues de toute préoccupation réelle envers les premier-e-s concerné-e-s.

Nous ne voulons plus que l'argument de projet de logement social soit avancé lorsqu’aucun projet n'est réellement amorcé ou lorsque les délais de réalisation sont dans un terme lointain. Par là, nous refusons la mise en concurrence entre les personnes à la rue et les personnes mal logées candidates à un logement social.

Tant que les personnes parviendront par elles-mêmes à trouver plus de solutions que les institutions publiques ne leur en proposent, nous serons à leurs côtés pour défendre la légitimité de ces actes.

Nous affirmons notre soutien aux occupations de terrains et de bâtiments vides, et demandons le respect des obligations qu'elles impliquent en termes de droits et de dignité des occupant-e-s. Ce mode d'action nous semble être plus que légitime pour faire face aux carences de solutions adaptées.

Les signataires : collectif Hébergement Logement, CIIP (Centre d'information Inter-Peuples), CSRA (Comité de soutien aux réfugiés algériens), RUSF38, Attac38, CIP38, APARDAP, Union Syndicale Solidaires, Solidaires Étudiants Isère, Ras L' Front Isère , Antigone, Patate chaude, Jardins d'utopie, La CNT38, collectif RESF Painlevé, Survie Isère, collectif Morts de Rue Grenoble, Emmaüs Grenoble, La Plate-forme d'Accès aux Droits, FNARS 38.

Pour rejoindre les signataires : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

iPrêt Locatif Aidé d'Intégration.

iihttp://www.fondation-abbe-pierre.fr/nos-actions/comprendre-et-interpeller/charte-pour-le-respect-des-droits-et-la-dignite-des-occupants-de-terrains

iiiActeurs privés : GEG, les propriétaires, les sociétés de surveillance...

iv Pour l'accès à l'eau, à l'électricité, au ramassage des déchets, nous rappelons : l'article L.2224-7-1 du code général des collectivités territoriales, l'article L.210-1 du code de l'environnement, l'article L.121-1 du code de l'énergie, la convention Européenne des droits de l’homme et des liberté fondamentales (article 2, 3 et 8), la convention internationale des droits de l'enfant (article 37), l'article 14-2.h de la convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes, l'article 28-2.a de la convention relative aux droits des personnes handicapées...

v« Les dispositions du code de procédure civile d'exécution portent une attention particulière au sort des meubles, aux papiers et aux documents de nature personnelle des personnes expulsées. Ces dispositions doivent être rigoureusement respectées, quel que soit le titre ou l'absence de titre d'occupation et le mode d'occupation. » in Défendre les droits des occupants de terrains, Jurislogement, pp.123-127.

viPréambule de la charte pour le respect des droits et la dignité des occupants de terrains.

vii« La réquisition est une solution » exprime par exemple Christine Garnier dans Place Grenette le 15 septembre 2014


 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

8me_rencontre_luttes_et_rsistance
 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

Tous les mercredis se tient une réunion d’organisation de la lutte contre le center parc et son monde.
Retrouvons-nous à 20h à la salle des tickets (Place st Bruno, GRENOBLE)
pour faire le point sur la situation
et préparer les actions à venir.

 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

Le Comité de soutien grenoblois à la ZAD des Chambaran (Roybon) a le plaisir de vous convier à
une REUNION PUBLIQUE D’INFORMATION

ZAD

organisée sur le thème

Un Center Parcs dans les CHAMBARAN ?

- Quel IMPACT ENVIRONNEMENTAL ?
- Quel IMPACT SOCIO-ECONOMIQUE ?
- QU'EST-CE QU'UNE ZAD (Zone à Défendre )?

Avec des INTERVENANT(E)S DE TERRAIN
(associations et soutiens )

JEUDI 18 DECEMBRE 2014 à 20h
MAISON DES HABITANTS

10, rue Henry le Chatelier
Quartier St Bruno à Grenoble



COMITE DE SOUTIEN DE GRENOBLE CHAMBARAN

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

tract-2
 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

affiche-final-appel-Zad-Roybon-30-nov_foret-a-tou-te-s-8df8c
 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

affiche_22nov
 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

Manifestation et actions contre les forces répressives de l’Etat

samedi 8 novembre 2014 h à 17:00

Parc HOCHE( vers caserne de bonne) - Grenoble

Parce qu’ils n’ont pas à nous tuer pour nos idées. manifestation et actions : samedi 8 novembre 2014 à 17H au parc HOCHE (en face de caserne de Bonne) Les camarades qui se battaient au côtés de Rémi défendent une zone humide de 18,8 Hectares au Testet.

Plus proche de nous, le center-parc de Roybon (50 km de Grenoble) doit s’établir sur un périmètre de 202 ha dont 92 ha de forêt, 31 ha d’imperméabilisation de sols et 62 ha de zone humide. Il nous semble important de multiplier les assemblées, les gestes de sabotages, les manifs, et les actions individuelles.

Ne nous laissons pas terrifier par la police !

Ne laissons pas le capitalisme détruire des espaces pour en tirer bénéfice, prenons d’assaut les infrastructures de notre servitude.

Le désastre est orchestré Le pouvoir est logistique bloquons tout

Nous n’oublierons pas le combat de Rémi, continuons à faire vivre celui des Zadistes, celui des NO-TAV, celui des anti-nucléaire, celui des prisonnierEs, celui des quartiers, celui des mal logéEs, des sans-pap, des antifas, ...le combat révolutionnaire.

Pour toutEs celles et ceux qui sont tombéEs, Soulevons nous !!!

 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

CONTRE LES PROJETS INUTILES ET LES VIOLENCES POLICIERES RASSEMBLEMENT
ET MARCHE EN HOMMAGE A REMI MORT POUR UN BARRAGE INUTILE

Mercredi 5 NOVEMBRE 2014

18H Place de Verdun - Grenoble

Il s’appelait Rémi Fraisse, il avait 21 ans.Nous nous associons à la peine de ses proches.

Il était diplômé d’un BTS Environnement" à Toulouse, militant investi au sein de Nature Midi-Pyrénées. Son décès ce week-end n’est pas un accident.

C’est le résultat de deux mois de violences policières croissantes envers les opposantEs à un barrage à Sivens dans le Tarn. Depuis quelques semaines, le collectif mobilisé pour l’arrêt du projet de barrage, alertait les autorités sur le comportement des forces de l’ordre.

Mais dimanche 26 octobre, alors que des centaines de gendarmes défendaient une zone où rien n’était plus à défendre, des tirs de lacrymogènes, de grenades assourdissantes et de flash-balls ont duré une partie de la nuit. Durant cette nuit où Rémi a trouvé la mort, au moins dix personnes ont été évacuées à l’hôpital, dont trois avec des blessures graves. Malgré les scandaleuses insinuations de certains médias les premiers jours, la responsabilité des gendarmes du PSIG est bien confirmée, des traces de TNT ayant été retrouvées sur les vêtements de Rémi. «Â La mise en œuvre d’un explosif militaire de type grenade offensive semble acquise » estime le parquet d’Albi le mercredi 29.

Le passage en force de ce projet de barrage est d’autant plus scandaleux que le rapport d’expert sorti ce jour établit que «Â le choix d’un barrage en travers de la vallée a été fait sans réelle analyse des solutions alternatives possibles », pointe une évaluation «Â contestable des besoins réels » et juge «Â de qualité très moyenne » l’étude d’impact, ce que disent depuis des années celles et ceux qui s’opposent depuis le début à ce projet. Le président du Conseil Général du Tarn a annoncé la suspension des travaux du barrage de Sivens. Pourtant la durée de la suspension reste incertaine.

Les projets inutiles sont coûteux, servent les intérêts de quelques-uns au détriment du bien commun et de l’intérêt général, détériorent l’espace naturel. Les choix politiques soutenant les projets inutiles ne peuvent que provoquer des réactions démocratiques légitimes.

- Nous exigeons que toute la lumière soit faite sur la mort de Rémi et que tous les responsables soient punis.
- Nous demandons l’abandon définitif du chantiers de Sivens, en Isère du Parc de Loisirs "Center-Parcs" de Roybon, comme des autres grands projets inutiles et imposés, tels que le TGV Lyon-Turin ou l’aéroport de Notre Dame des Landes.
- Nous appelons à poursuivre la mobilisation en solidarité avec le collectif contre le barrage.
- Nous dénonçons les méthodes de passage en force non démocratiques pour la mise en œuvre de projets inutiles.
- Nous dénonçons la répression et criminalisation grandissante des militants du mouvement social, écologiste, anti productiviste (comme la condamnation des déboulonneurs de la ferme-usine des 1000 vaches, la répression des pompiers de l’Isère,...)
- Nous condamnons les pratiques policières violentes envers la population (quartiers populaires, roms, jeunes, squatteurs, sans papiers...)

mercredi 5 NOVEMBRE 2014

18H Place de Verdun - Grenoble

Premiers signataires : ADES, Centre d’Information Inter Peuples, Les Jeunesses Communistes, Les Alternatifs, Nouveau Parti Anticapitaliste38, Parti de Gauche 38, Solidaires38, Pour les Chambaran Sans Center Parcs

 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

Appel_manifestation_Roybon-20-oct_20102014
 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer


rubon629-931d1APPEL A MOBILISATION
pour le mercredi 1er octobre 2014, le matin

Ultrapropre le nucléaire ?

La filière nucléaire tient salon à Grenoble Alpexpo les 1 et 2 octobre:

Le salon professionnel NUKLEA s'affiche avec un autre salon professionnel ULTRAPROPRE :

Aussi, les citoyens grenoblois qui estiment que sortir de l'impasse du nucléaire est non seulement nécessaire, mais aussi possible tiendront salon eux-aussi  autour d'Alpexpo ce mercredi 1er octobre !avec SDN38 (Sortir du nucléaire Isère) et le soutien du Réseau national «Â Sortir du nucléaire ».

Après une «Â action rond-point » entre 8h et 12h rond-point Jean-Monnet, où, avec de grandes banderolles et en tenues de décontamination , ils rappeleront que «Â le nucléaire ne tourne pas rond », ils vous invitent à assister à une conférence de presse (ré)active, scénarisée et documentée :à 10h 30 près d'Alpexpo : au sud de la Patinoire Pole sud, à l'ombre d'une grande maquette d'un réacteur rafistolé.


 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

Fermeture de Verlaine et des places pérennisées de l'hivernal :

RDV vendredi 4 juillet, à 9h, devant le Foyer Les Mimosas,

11 avenue Paul Verlaine à Grenoble

Pour marcher avec les hébergé-e-s jusqu'à la préfecture


Il existe en France des lois qui encadrent l'hébergement d'urgence, afin d'assurer à toute personne à la rue l'accès à un toit, dans le cadre du devoir d'assistance à personne en danger. L'hébergement d'urgence est ainsi une porte d'entrée dans le dispositif d'hébergement et de logement global. (cf articles L.345-2-2 et L.345-2-3 du Code de l'Action Sociale et des Familles sur l'inconditionnalité et la continuité de l'hébergement).

Depuis la fin du dispositif hivernal, en dépit de ces lois, des centaines de personnes sont mises à la rue, de force ou sous la pression, de certains centres d'hébergement d'urgence, sans qu'aucune proposition de relogement ne leur soit faite. C'est illégal et inhumain.

Qui sont les responsables de cette situation ?

En premier lieu l’État, qui se désengage, notamment dans le financement de l'action sociale, et tente de transférer ses compétences et responsabilités aux communautés de communes sans budgets pour les gérer.

Ensuite, certaines associations d'hébergement comme l'AREPI et la Relève qui renient sans complexe leur rôle social et cherchent à obtenir le maximum de subventions en faisant du zèle pour l’État : pressions sur les hébergés, maltraitance, participation à l'organisation des expulsions des hébergements et du territoire...

Le Conseil Général, qui a normalement obligation de prendre soin et d'héberger les familles avec enfants au nom de la protection de l'enfance. Au lieu de cela, le Conseil Général de l'Isère choisir de restreindre ce droit aux femmes seules avec enfants de moins de trois ans, laissant les autres à la rue.

Les communes et regroupements de communes qui, refusant de porter les compétences de l’État, refusent par la même occasion d'assumer pleinement leur responsabilité de sûreté des habitants en laissant les expulsés à la rue, et les sans papier en dehors du droit commun.

Dans ce contexte, et depuis la fin du dispositif hivernal, un collectif de lutte s'est mobilisé, rassemblant des associations militantes, des hébergé-e-s, des individu-e-s en colère. Mais malgré les actions menées durant ces trois mois :

- l’État décide de couper les vivres, de fermer les places pérennisées de l'hivernal sans proposition de relogement des personnes hébergées, et, pour mieux pousser les personnes à partir des centres, de distribuer des OQTF, des assignations à résidence (pour quelle résidence ?)...

- L'AREPI et la Relève poursuivent les pressions sur les hébergés pour les pousser à quitter les centres et places d'hébergement, au mépris de leurs droits.

- La commune de Grenoble et d'autres communes de la Métro s’arc-boutent sur leur refus de palier aux carences de l’État et ne prennent pas pleinement en compte que la gravité de la situation actuelle appelle d'autres stratégies, si l'on ne veut pas que ce soit toujours les mêmes populations qui en fassent les frais. 

Conclusion:
Le centre d'hébergement des Mimosas, avenue P. Verlaine,
comme d'autres hébergements gérés par l'AREPI et la Relève,
vont fermer leurs portes au plus tard le 5 juillet, expulsant les habitants sans proposition de relogement.

Nous invitons donc toutes personnes, associations de bonne volonté à venir :

Le vendredi 4 juillet, 9h, au centre Les mimosas

pour une marche solidaire jusqu’à la préfecture

Le samedi 5 juillet, à partir de 6 h du matin et toute la journée

pour venir en soutien aux hébergé-es et dénoncer publiquement ces agissements

Vous connaissez des journalistes?
Invitez-les, une conférence de presse s'impose, pour entendre enfin les personnes hébergées, les associations et personnes en soutien, 
dénoncer haut et fort les actes de la préfecture.


Vous connaissez des avocats?
Invitez- les aussi, car nous aurons besoin d'eux le 5 juillet.

Vous voulez signer l'appel en tant qu’association ou collectif ?

N'hésitez pas à contacter des personnes/associations du collectif Hébergement-Logement

(CIIP, CISEM, Patate chaude, individu-e-s...)
Le collectif ALERTE ISERE, qui rassemble les associations adhérentes au collectif des Associations de bénévoles contre l’exclusion, au collectif Fnars, à Un Toit Pour Tous, apporte son soutien à la mobilisation du collectif Hébergement-Logement et sera présent les 4 et 5 juillet.

Le collectif Hébergement-Logement, Grenoble, le 30 juin 2014.

 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

108_FESTIVAL-DE-L-ARPENTEUR-affiche-2014Festival de l'arpenteur
Les Adrets en Belledonne
04-12 juillet 2014



Théâtre pentu et parole avalancheuse, depuis 1996...



Arts vivants, littératures, rencontres insolites sur les pentes du massif de Belledonne (Isère) : voilà pour la charpente du festival de l’arpenteur.


Les artistes invités, reconnus ou encore en devenir, jouent le jeu d’une aventure atypique, sensible et humaine, sur scène mais aussi dans le jus joyeux de nos lieux de vie ou d’évasion : « bivouac », tablées pour des causeries bien arrosées ; ou en marche, vers les refuges ou sur les crêtes…

Plus d'info ici



 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

Nous avons le plaisir de vous annoncer que la
7ème édition de l'AlterTour
se déroulera du 12 juillet au 17 août 2014.

Il passera par la Haute-Loire, le Puy-de-Dome, le Cantal, la Corrèze, la Haute-Vienne, la Creuse, la Dordogne, la Charente, la Vienne, les Deux-Sèvres et la Charente-Maritime.

Le thème de cette année est : "Travailler, Pour Qui ? PourQuoi ?"

Les inscriptions sont ouvertes jusqu'au 30 juin 2014 sur le site internet de l'AlterTour

AT2014-bandeau
 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

LOGEMENT1bis-1
 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

Communique de presse

La Poste prône le dialogue social,
elle envoie 19 facteurs au tribunal

La direction du courrier a choisi la répression plutôt que le dialogue.

Les facteurs de Villard-Bonnot sont en grève depuis 15 jours pour que la poste rende 2 emplois sur les 6 qu elle souhaite supprimés. La direction reste sourde à ces revendications, et veut casser le mouvement.

Non contente de bafouer le droit de grève en créant un centre de tri parallèle et en embauchant des intérimaires pour effectuer le travail des agents grévistes, elle assigne en justice ses personnels.

Les agents en grève ont reçu le vendredi 30 mai une assignation au tribunal de grande instance de Grenoble.

Les facteurs de Villard Bonnot appellent à un grand rassemblement
devant le TGI de Grenoble (place Firmin Gautier)
le mercredi 04 juin à 8h45 pour les soutenir.


contact :Cyril ETELLIN , Facteur Villard Bonnot:06 44 83 34 41


 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

jardin_Utopie

Les jardins d'utopie passe en procès au tribunal administratif

demain mardi 27 mai en séance exceptionnel.
Le report leur a été refusé.

RdV demain mardi à 8H30 place de verdun pour les soutenir.
Venez nombreux-ses

 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

flyer-recto-ER-2014-ok
 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

flyer20ans2
flyer20ans1
 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

cortge_antifa


Communiqué
unitaire antifasciste isérois




Ce mercredi 7 mai se tiendra le meeting d'ouverture de la campagne européenne du Front National dans la région du Sud-Est à Grenoble en présence de Jean-Marie Le Pen et de Bruno Gollnisch. Leurs discours réactionnaires et sécuritaires n'ont leur place ni à Grenoble ni ailleurs. C'est pour cela que les organisations signataires appellent à un rassemblement unitaire antifasciste suivi d'un cortège jusque devant Alpes-Congrès- Alpexpo, lieu du meeting de l'extrême-droite.


Rendez-vous mercredi 7 mai 2014 à 17h30

devant la bourse du Travail de Grenoble

en face de la gare tram A -Grand-Place

 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

affichefestival
« Des genres et vous »

un festival pour lutter contre le sexisme
Romans du 11 au 20 avril 2014


Plus d'info ici

Fichiers joints:
Télécharger ce fichier (Programme.pdf)Programme festival "Des Genres et vous" - Romans avril 2014[ ]582 Kb02/04/2014 16:43
 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

Tchernobyl_day2
 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

requins_medef_nologo

Ce Jeudi 10 Avril, une conférence intitulée « Goût d’entreprendre et création d’entreprise » est organisée de 13h a 15h à Grenoble Ecole de Management, haut lieu de propagation de l'idéologie capitaliste dans notre cuvette grenobloise.

Les organisateurs et les invités ? Ni moins qu' Yvon Gattaz, fondateur de l'entreprise Radiall et président du CNPF de 1981 a 1986, qui deviendra le MEDEF en 1998, organisation que son fils, Pierre Gattaz, dirige actuellement après avoir pris la succession de Parisot ! Bref, une histoire de famille. A ses côtés, Gérald Karsenti, PDG de Hewlett Packard France, Jean Vaylet, Président de la CCI de Grenoble, et enfin, le meilleur pour la fin, Daniel Filatre, Recteur de notre Académie ! Du beau monde. En Janvier, le président du PRES de Grenoble, Bertrand Girard, signait tout sourire une convention cadre entre les Universités de Grenoble et le Medef Isère. Un exemple qu'à l'université comme partout ailleurs, le patronat est à la manœuvre pour insidieusement imposer a toutes et tous ses politiques, dans son seul intérêt, avec la complicité des gestionnaires et des responsables politiques et publics. Plus généralement, et dans tout les secteurs, c'est ce même schéma qui se reproduit : alors que le patronat est à l'offensive, alors que le gouvernement lui sert la soupe ; Ces dernières semaines se prépare pour le 12 Avril une grande marche à Paris pour exiger le partage des richesses. c'est dans cette dynamique que Solidaires Étudiant.e.s Grenoble appel a se rassembler devant GEM pour exprimer clairement d'une part notre rejet des politiques antisociales menées coudes a coudes par le MEDEF et le gouvernement, d'autre part porter hautes nos revendications sociales de solidarité et de partage des richesses, et enfin montrer notre détermination a ne pas laisser sans réponses les initiatives pro-patronales de ce type, qui plus est co-organisées avec le recteur d'académie, chancelier des universités ! Relayons cet appel, toutes les organisations syndicales, associatives ou politiques de notre camp social et tout les militant-e-s sont invités a

venir avec leurs couleurs et leurs mots d'ordre : jeudi 10 avril à 13h devant GEM ! Il nous attaquent ensemble, ripostons ensemble ! 
 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

Manifestation de soutien aux personnes sans papiers
A loccasion de la journée nationale de mobilisation,
le 5 avril, une manifestation régionale aura lieu à Lyon,

14h30, départ place des Terreaux.


"Un pays, cest celles et ceux qui y vivent...
La xénophobie dEtat tue les droits de tous..
Français-Immigrés : égalité et solidarité !"

Une MANIFESTATION REGIONALE aura lieu à Lyon ( 14H30- Place des Terreaux).
De Grenoble, la Coordination iséroise de soutien aux sans papiers, le Collectif de soutien aux réfugiés politiques algériens, RESF 38 (et sans doute dautres collectifs de soutien...) ont décidé dappeler les citoyennes et citoyens de lIsère à se RENDRE MASSIVEMENT à cette manifestation.
Un CAR partira de la gare routière de Grenoble le 5 avril : RENDEZ-VOUS à 12H45.
Il faut vous INSCRIRE le plus vite possible : auprès du Centre dInformation Inter-Peuples, soit en nous répondant par courriel ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ) soit en nous téléphonant au 04 76 87 59 79. En nous donnant votre nom/prénom et téléphone.
Vous pourrez régler sur place, dans le car : 10 €, 5 € pour les étudiants et les précaires.
Si vous ne pouvez pas venir, vous pouvez apporter un soutien solidaire : libeller vos chèques au nom du COMITE ISEROIS DE SOUTIEN AUX SANS PAPIERS et envoyez le à ladresse suivante : CISSP- c/ CIIP- Maison des Associations- 6, rue Berthe de Boissieux- 38000- Grenoble
Vous pouvez aussi passer au CIIP : nous sommes ouverts tous les jours de 13H30 à 18H ( 1er étage Bureau 114)
ATTENDONS VOTRE INSCRIPTION...OU VOTRE SOUTIEN !

 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

journe_RESF_Bobine_5_avril_2014
 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

samedi 22 mars 2014 à 15:00

Place Victor Hugo

Le KEERFA (mouvement antifasciste en Grèce) a lancé un appel à une journée internationale contre le fascisme et le racisme 

http://lahorde.samizdat.net/2014/03...

A Grenoble, un rassemblement est organisé le samedi 22 mars à 15h, place Victor Hugo. (Les signes d’appartenance à des organisations politiques, du type drapeaux, sont à proscrire)

Car la solidarité internationale est de mise lorsque partout en Europe et dans le monde, le fascisme gagne du terrain !

Des actions seront aussi menées dans la plupart des grandes villes françaises : Paris, Toulouse, Nantes, Marseille... Et européennes, notamment à Athènes, d’où est parti l’appel.

Des antifascistEs grenobloisES


 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

Le 8 mars 2014, la plateforme droits des femmes
propose un rassemblement  sur la place Victor Hugo à Grenoble de 12h à 16h
L'idée est de pouvoir discuter avec les gens autour d'un pique nique et de jeux
Antigone sera présente avec un stand librairie

 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

Rassemblement en soutien au Jardin de l'Utopie
Vendredi 24 janvier 2014 à 14:00
Tribunal administratif - place de verdun

Et voilà, on s’apprête à juger les jardins d’utopies, jardin potager autogéré du campus pour "culture illicite de légumes en pleine terre... et boulversement de la nature d’origine plane du terrain." Entre autre foutaises...

Ces jardins sont un espace de liberté, ces jardins sont tout ce qu’il reste de la lutte anti CPE de 2006 sur le campus, et surtout ces jardins sont des jardins. Va-t-on se laisser carroter par un projet "d’esplanade de la convivialité verte", un "aménagement urbain important dans le cadre de la requalification du coeur campus financé au titre d’un contrat Etat-Région" ?

Soyons nombreu-ses-x au procès pour nous opposer à la supercherie du "green-washing" dans la technopole. Venons défendre une aventure riche en partage, en gratuité, en expériences et en humus.

Nous ne nous laisserons pas faire car "il s’agit d’une initiative urbaine importante dans le cadre de la requalification du coeur campus financée au titre d’un contrat Autogestion-Recyclage porté par les acteur-trices en présence du cis-mentionné campus de l’innovation, qui sera résolument rurale, agricole et participative".

A bas l’Agro-phobie !

 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

2014-01_Lyon_IntersquatVaise
 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

Grosse_semaine_janvier_2014
 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

Mobilisation et plainte des habitants de la Villeneuve contre le président de France Télévisions

À la suite de la diffusion, dans l’émission « Envoyé Spécial » du 26 septembre, d’un reportage intitulé « La Villeneuve le rêve brisé », reprenant tous les stéréotypes médiatiques, misérabilistes et obnubilés par « la violence » sur les quartiers populaires, nous avions relayé la pétition et les réactions indignées d’habitants du quartier en question, la Villeneuve, à Grenoble. Après que leur demande de droit de réponse (adressée au président et au médiateur de France 2, ainsi qu’à la rédactrice en chef d’Envoyé Spécial) est restée lettre morte, le collectif d’habitants et l’association des Habitants de la Crique sud sont restés mobilisés et ont décidé de porter plainte pour diffamation publique contre le Président de France Télévisions.

Afin de faire connaître leur action et de dénoncer l’atteinte portée à l’image et à la réputation de leur quartier, les initiateurs de la mobilisation ont réalisé le dossier disponible ci-dessous en format pdf et dont sont extraits les passages qui suivent. Il comprend « la citation à prévenu » et un ensemble de témoignages et d’analyses démontrant que le film diffusé par France 2, non seulement ne reflète pas la réalité, mais la met en scène, la tronque et la déforme.

Plus d'info ici sur le site d'Acrimed

 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

Raslfront_Voiron_11_janvier_2014
 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

jardin_Utopie
Défendons les Jardins de l'Utopies contre les aménageurs du campus

Sept ans, c’est le temps que Bra  d Pitt a passé au Tibet, mais c’est aussi l’âge des Jardins d’Utopie. Depuis l’occupation de la galerie des Amphi occasionnée par le mouvement contre le « CPE » en 2006, ce potager grandit, se dédouble en deux parcelles squattées devant la bibliothèque de Lettres et derrière les bâtiments administratifs de la fac. A l’origine, une idée folle : celle de l’autonomie alimentaire, d’une agriculture vivrière sans pesticides ni engrais chimiques. Épine dans le pied de l’ancien directeur de l’UPMF A.Spalanzani, les jardins sont maintes fois menacés de destruction et sauvés par la lutte collective. En 2008 un campement déterminé protège les cultures. Motif du projet (finalement avorté) de tout ratiboiser : les germes de l’opération Campus. Grenoble, devenue une fac à vocation internationale, ne peut alors plus tolérer le moindre épi de travers pour cause de visites ministérielles probables. Au fil des ans, les têtes changent, des liens de solidarités se tissent. On y voit fréquemment des étudiant-e-s comme de non-étudiant-e-s semer et récolter des graines d’autogestion. Les débats y sont techniques (que faire avec les limaces...), et souvent politiques (entre la praxis situationniste et une vision plus matérialiste). On y passe du bon temps et l’on s’y retrouve volontier pour grignoter, voire cuisiner les fruits d’un travail sans salaire, sans ordres et sans bureaucratie. On y trouve parfois des vocations et souvent des camarades.

Retrouvez tout les infos sur http://jardins-utopie.over-blog.com/

et http://grenoble.indymedia.org/


 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

Pour les un an de la circulaire Valls, à l'heure où notre ministre annonce d'autres restrictions du droit d'asile à venir.

Bazar politique place Saint Bruno, dimanche 1er décembre, 10h
à l'initiative de militants et d'associations en colère


Nous dénonçons l'hypocrisie du gouvernement PS  qui utilise le blason de la gauche pour habiller un projet d'exclusion et protéger les privilèges d'une Europe forteresse. Comment? En construisant de toute pièce l'image d'un étranger qui menace, en taisant les responsabilités des pays du nord dans ce qui pousse des individus à quitter leur pays, leur familles...

Nous nous insurgeons contre l'empilement de lois et des pratiques politiques toujours plus injustes: gesticulations  qui enferment, repoussent, expulsent, exploitent, contrôlent les migrants; Dans ce millefeuille, la circulaire Valls ne fait que  renforcer le jeu cynique des institutions qui se renvoient la balle; au milieu, de vrais gens en souffrance, sans toit ni droits pour les protéger.
Dernier épisode: Valls annonce qu'il faut  restreindre encore le droit d'asile...

Nous nous révoltons contre les conséquences désastreuses de ces politiques xénophobes

- L'état supprime 500 places d'hébergement en Isère en 2013.
- Le conseil général de l'Isère n'accueille plus que 40 familles contre 120 en 2012.
- Dans les centres d'hébergement, les conditions d'accueil se dégradent, les gens sont entassés, maltraités, contrôlés. L'institution collabore, dénonce...
- Toujours plus de  refus d'autorisation de travail sur les titres de séjour.
- Toujours plus d'expulsions
- Toujours plus d'humiliations
- Toujours plus de gens à la rue.
- Toujours moins de titres de séjour.

    Et pour cacher l’inacceptable:

- Les assignations à résidences pleuvent tout comme les Obligations à Quitter le Territoire (OQTF). Les centres d'hébergement deviennent des centres de rétention à la merci de la police  qui vient à tout moment reconduire les familles à la frontière..

Au programme:

9h, préparation des brigades d'un porteur de parole avant de partir à la rencontre des passants.
Le but de ce dispositif est de susciter des discussions politiques à 2 ou 3 dans des espaces publics autour de la question des frontières, et des lois qui l'incarne.
10h: Accueil, discussions... dans notre salon de plein air (des infos, des boissons chaudes, de quoi se réchauffer le cœur et les neurones)
Des bandes son seront diffusées dans une cabane improvisée, pour nous raconter les parcours, les épreuves, les injustices vécues...
11h: prise de parole/conférence de presse.
12h: Criée publique de la Cie Les Fées Rosses
Pizzas à volonté (et à prix libre)
Le tout, en musique, avec nos camarades de la chorale des barricades et la  combatucada,

 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

A ne pas manquer le 23 novembre à Grre
pour la journee internationale contre les violences faites aux femmes

A partir de 14h : Atelier confection de pancartes, pochoirs, slogans, etc...
Amenez du matos si vous en avez!
Organisé par Dalidark à la BAF, 2 chemins des Alpins

A 19h: Allons toutes à la marche de nuit à l'occasion de la journee internationale contre les violences faites aux femmes (rendez-vous Place notre Dame, à confirmer...)

Organisée par la palteforme-IVG (entre autres), non mixité femmes, lesbiennes cis et trans.

A 22h, on se retrouve pour 3 super concerts: Lovers (electro-pop, Portland), Grace et Volupté Van Van (incrustes,Toulouse) et Traktor (crust chansons, Genève).
Prix Libre
Organisé par Dalidark à la BAF
Les 2 évenements à la BAF sont ouverts aux meufs/gouines/trans...

xxx

 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

vivre_lutopie



Antigone soutient haut et fort

le festival Vivre l'Utopie
qui se tiendra du 7 au 12 octobre 2013
sur le campus de Saint Martin d'Hères

Au programme: des conférences, débats, projections, ateliers, stands autour du thème " Utopies et modèles de société".

Plus d'info sur le festival ici

 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

affiche-ndl-2013-A4
 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

Vendredi 5 juillet à 14H Place Félix Poulat à Grenoble

Marche collective
Des centaines de personnes: hébergés roumains, serbes, macédoniens, congolais, arméniens venus nombreux au pique nique solidaire...actuellement menacés de se faire expulser des centres d'hébergement, demandent le soutien de la population et des associations.

Contre les expulsions de logement et du territoire
venez nombreux-nombreuses avec, si vous le souhaitez, pancartes de soutien, banderoles, mégaphones...
La mobilisation de tous et de toutes est importante pour éviter d'autres expulsions.

 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

manif-guetta-grenoble
plus d'infos ici
 

 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

Manifestation antifa / Grenoble / samedi 22 juin à 16h30 à la gare.

Appel unitaire

Le fascisme tue. Ensemble, combattons-le !


Le 5 juin, des militants d’extrême-droite ont tué Clément Méric, syndicaliste étudiant et militant antifasciste.

Ce meurtre nous indigne et nous révolte ; il s’inscrit dans la suite de très nombreuses agressions commises par des groupes d’extrême-droite ces derniers mois.
La situation exige des actes forts, permettant de mettre un coup d’arrêt à la propagation de ces idées et pratiques nauséabondes.

Dans le respect de leurs différences, les organisations soussignées appellent à s’unir pour rendre hommage à Clément et pour éliminer la haine fasciste.

Confortés par des partis qui reprennent des propos et des pratiques de l'extrême droite, les groupes fascistes refont surface.
Les dernières actions contre le mariage pour tous et toutes ont été l'occasion pour eux d'être mis sur le devant de la scène.
Nous dénonçons la banalisation du FN et de ses idées xénophobes et racistes.

L'exclusion, le rejet de l'autre, la fermeture des frontières, la désignation de boucs émissaires, la dénonciation de l'immigration comme responsable de tous les maux sont des attitudes qui, l'histoire en témoigne, conduisent au pire.
L'’Etat entretient un climat délétère en organisant des expulsions massives qui participent à la stigmatisation des immigré-es et des Roms.
Au contraire, il est nécessaire d’agir avec détermination contre les commandos fascistes.

Odieux et inacceptable en lui-même, le meurtre de Clément dépasse le drame individuel. Agressions contre les lesbiennes, bi-es, gays et les personnes trans, contre les immigré-es et les personnes issu-es de l'immigration, les musulman-es, actes antisémites, violences envers des militant-es antifascistes et des organisations progressistes, se sont multipliées dans toute la France comme à travers toute l'Europe. Le mensonge, la haine, la violence, la mort, voilà ce que porte l’extrême-droite, de tout temps et en tous lieux.

Ce n’est pas une question morale ; le fascisme se nourrit des peurs face à l’avenir : 5 millions de chômeurs et chômeuses, 8 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté, 3,5 millions de mal logé-es, accroissement de la précarité, conditions de travail dégradées, licenciements,
fermetures d’entreprises... Face à l’explosion des inégalités et aux politiques d’austérité, il faut reconstruire l’espoir collectif en une société plus juste.
La question de la répartition des richesses que nous produisons est fondamentale. L’extrême-droite est à l’opposé de ces valeurs.
Utiliser la mort de Clément serait méprisable. A contrario, c’est honorer sa mémoire que de dire publiquement et ensemble ses engagements syndicaux et antifascistes, et de poursuivre encore plus nombreux-euses et déterminés-es ses combats pour la liberté et une autre société.

Unité contre le fascisme et l’extrême-droite ! Rassemblement samedi 22 Juin à Grenoble 16h30 gare SNCF

Nos organisations se réuniront de nouveau après la manifestation : éradiquer la menace fasciste nécessite un travail dans la durée et l’organisation de collectifs locaux.

Nos organisations sont différentes, mais elles ont un point commun essentiel : le refus de l’intolérance, du nationalisme, de la haine, et de l’exclusion ; tout le contraire de ce que veut imposer l’extrême-droite !  Le fascisme et l’extrême-droite ne sont pas des courants politiques avec lesquels on dialogue ou on compose.
Leur système est basé sur la violence physique, la haine, l’asservissement des peuples.

 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

Le collectif 38 de lutte contre l'aéroport de Notre Dame des Landes et son monde participera au festival Stereofish vendredi 5 juillet avec ses saynètes.  D'ici là vous pouvez nous (re)voir ce samedi 15 juin pour la vélorution (www.stopa51.org) et samedi 29 juin pour la marche No Tav à Modane (www.notav-savoie.org).

 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

affiche_anarchie_2_pour_webAnars des villes et anars des champs,
Anars de laboratoires et de bibliothèques,
de toutes les rues (mais rarement d'égouts),
jamais seul-es et farouchement défenseurs de notre autonomie,

Nous étions avec vous à l'occupation du parc Mistral, au mouvement anti-CPE, dans les luttes des années 80s, les squats, la défense de l'avortement, contre l’hôpital couple-enfant, les batailles anti-technologie(ques), bref dans toutes les dynamiques anti-autoritaires à Grenoble.

Nous organisons du 8 au 16 Juin 2013 dix jours d'échange et de discussions autour des pratiques et réflexions anarchistes. Parce qu'il nous semble important de nous réapproprier l'histoire de notre mouvement, d'agir sur nos présents et de construire nos avenirs. Aussi parce que la gravité du monde nous pousse souvent à réagir dans l'urgence, et à multiplier les situations qui ne nous permettent pas de prendre le recul nécessaire à l'analyse.
Enfin, parce que nous souhaitons être ensemble, tout simplement !

Dix jours de moments publics et des d' ateliers en petits groupes, et sans chef-fes !

Des soirées et ateliers "Agora" pour nous, vous rencontrer, partager nos points de vues et expériences, nous co éduquer, quoi ! Puis d'autres moments "Conciliabules", à destination de celles et ceux qui s'estiment en lutte et assez concerné-s par le mouvement libertaire, qui visent à décortiquer et remettre en cause nos pratiques et notre organisation, et pourquoi pas construire encore. Bâtissons ici les stratégies de luttes de maintenant", ou l'inverse (!), histoire d'enfoncer le clou ! 
 
Aucune des dominations quotidiennement combattues à Grenoble ne seront oubliées : le patriarcat, la justice, la prison, l'économie, ... D'expositions en projections, nous nous pencherons sur l'histoire des luttes anarchistes sans jamais perdre de vue les problématiques locales... ni bien sûr la Fête !

« Que ces Rencontres puissent donner à nos envies, nos désirs et nos perspectives l'élan de contribuer aux victoires de demain, à la hauteur de la belle, rebelle et exigeante idée Anarchiste."



programme_festival_anar_2013_rcapitulatif_bis


Fichiers joints:
Télécharger ce fichier (programme final_A5.pdf)programme final_A5.pdf[C'est l'anarchie - programme complet]3271 Kb29/05/2013 20:04
 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

Affiche_velorution_A51
 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

foire_autogestion
 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

      Chaine Humaine NDDL / 11 mai 2013


Le collectif Nddl38 réuni en AG ce mardi 23 avril a décidé d’affréter un car pour monter à NDDL.
Vous comprenez  donc qu’il n’y a pas de temps à perdre pour que cette action soit une réussite : nous devons remplir le car et trouver des financements.
Cette lutte s’inscrivant dans celle plus large contre les grands travaux inutiles et imposées, A51, TGV Lyon Turin, OLland et le stade de Décines, le Center Park des Chambarans et toutes les luttes au profit de la préservation de terres nourricières, symbole et véritable frein à un monde de prédation devenu fou car sans limite.

Nous sollicitons donc auprès de votre organisation votre participation sous deux formes :
   - Une aide financière sous forme de dons
   - Une aide pour relayer l’information auprès de votre réseau d’adhérents et de sympathisants ( ci-joint tract pour infos et inscription).

Nous serons par ailleurs présents le premier mai au jardin de ville avec une table et possibilité de s’inscrire directement. 

Organisation :
Départ autour de 22h le 10 mai pour un retour dans la nuit du 11/12 mai.
Tarif :
- Prix de revient : 66 euros
- Petit budget : 30 euros
- Prix de soutien : 100 euros

Pour vous inscrire :

-          Par mail : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
-          Par téléphone : 06 82 27 93 02
-          Par courrier : B. NEYTON 2 rue Dolomieu 38000 GrenobleDDL 11 mlai 2013
 IMPORTANT : indiquer :
Nom, prénom de chaque personne inscrite
Avec numéro de tél, adresse mail
Lieu d’habitation (pour organiser le trajet)
Et envoyer vos chèques pour confirmer votre inscription
- à l’ordre de la confédération paysanne Isère
- à l’adresse ci-dessus.

Pour le collectif, dans l’attente de votre participation, Brigitte Neyton
 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

Pour rappeler à nos concitoyens que les catastrophes nucléaires, comme celle de Tchernobyl, n'ont pas de fin,

Sortir du Nucléaire Isère vous invite à participer à un rassemblement
samedi 27 avril 2013 à
15h place Felix Poulat

avec des membres du groupe local Greenpeace.
Un die-in et des prises de parole sont prévues.
 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

Le collectif Grenoblois de lutte contre l'aéroport de Notre Dame des Landes ET SON MONDE
appelle à un rassemblement festif et convivial:

Samedi 6 avril, jardin de la caserne de Bonne

    Contre les projets d'élus peu scrupuleux qui dilapident les espaces et services publics.

    A Grenoble, la marie vend de l'espace public pour une bouchée de pain à Vinci qui va y construire un hôtel 4 étoiles.
                Pourquoi un hôtel 4 étoiles à Grenoble?
                Quelle ville souhaitons nous?

    Contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes et son monde,
                Pourquoi bétonner 1600 hectares de terres agricoles pour y construire un aéroport inutile et nuisible.
                Que pourrait être l’occupation des terres libres quand le projet d’aéroport sera abandonné?

    Contre les multinationales (dont VINCI et ses nombreuses filiales), qui dévorent chaque année toujours plus de territoires à des fins mercantiles.
    Pour la réappropriation de nos vies, de nos espaces, de notre pouvoir à décider ensemble du monde dans lequel nous voulons vivre.


    Rendez-vous samedi 6 avril, 14h, jardin de la caserne de bonne

      Pour un RDV festif et convivial: apportez vos voix, banderoles, slogans, arguments...
      Le collectif de lutte contre l'aéroport de Notre Dame des Landes et son monde

      Venez nombreux!
       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

      "NOUS MANIFESTERONS VENDREDI 29 MARS CONTRE LE PROJET DE RELANCE DE L'A51


      Depuis quelques mois André Vallini, président du conseil général de l'Isère, ne cesse d'affirmer sa volonté de terminer l'A51. Cette liaison autoroutière entre Sisteron et Grenoble était pourtant jusqu'ici considérée comme abandonnée en raison d'impasses financières, environnementales et juridiques, le Conseil Général lui-même ayant décidé en 2005 de n'apporter aucune contribution financière à ce projet.
      Pourquoi aujourd'hui relancer cette autoroute coûteuse, polluante et inutile? C'est la question que nous viendrons poser vendredi 29 mars à M. Vallini et à tous les conseillers généraux.

      Rendez-vous le vendredi 29 mars 2013 à 10h30 devant le conseil général de l'Isère, 7 rue Fantin Latour, tram A, arrêt préfecture.

      Non à l'A51, oui aux alternatives !"

      Collectif d'opposant-e-s à l'A51

       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

      Autoroute A 51, le retour !

      Le projet d’autoroute A51 est en train de ressortir des cartons... Ce collectif d'habitants du Trièves a travaillé sur un argumentaire de pourquoi l'A51 est toujours un "Grand projet inutile, coûteux et imposé" (voir pièce jointe).

      Le collectif propose une lettre à envoyer au Ministre des transports et à 2 membres de la commission (pièce jointe) à imprimer et à leur envoyer à chacun. (Attention à l'impression certaines lettres à la fin ne ressortent pas, à repasser au stylo?). La date de la commission est  passée, mais une réception massive a surement quand même de l'impact!

      A diffuser largement

      Confédération Paysanne de l'Isère


      Fichiers joints:
      Télécharger ce fichier (lettre_snit.pdf)lettre_snit.pdf[ ]333 Kb25/02/2013 22:59
      Télécharger ce fichier (QUESTIONNAIRE PROJET A51-1.doc)QUESTIONNAIRE PROJET A51-1.doc[ ]92 Kb25/02/2013 22:59
       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

      rencontre_luttes_et_rsistances_Voiron
       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

      « Les vraies réussites sont celles que l'on partage » (VINCI)image_NDDL_19_janvier

      Oui, mais avec qui ?

      Le saviez-vous ? VINCI est partout :

      En Russie, le tsar Poutine permet qu'à Khimki soit détruite une forêt millénaire pour y construire une autoroute VINCI reliant Moscou à St Pétersbourg.

      A Notre-Dames-des-Landes, les pouvoirs publics ont décidés, sans le consentement des populations, de créer un aéroport international de plusieurs milliards d'euros et d’attribuer la concession à VINCI . Ce sont 1650 hectares de terres agricoles qui seront saccagés.

      Bien d'autres projets sont confiés au « premier groupe mondial de construction-concession», collaborateurs favoris des pouvoirs publics dans leurs projets d’aménagement du territoire et leurs politiques néocolonialistes (projet ITER de fusion nucléaire à Cadarache (13), les mines d’uranium au Niger, la LGV Sud Europe Atlantique...).

      Vinci construit des autoroutes, des centrales nucléaires, de la vidéo surveillance, des éclairages publics. Ses amis, nos élus, lui confient même les parkings publics et les parcmètres.

      Et oui, à Grenoble, bon nombre d'habitants paient leur dîme à VINCI (parcmètres,parkings) car la ville a depuis longtemps privatisé des espaces publics au profit du grand groupe (y a pas de petits profits!). Et VINCI gronde contre Destot quand les parkings ne rapportent pas assez. Si si, VINCI fait pression sur les pouvoirs locaux comme il le fait sur les gouvernements.

      VINCI nous souhaite « une année 2013 pleine de réussites partagées ».

      Souhaitons à VINCI de ne plus financer, concevoir, construire et gérer des équipements qui détruisent nos vies. Ensemble, reprenons le pouvoir, décidons des politiques d'aménagement, partageons la galette, et détrônons les rois.

      GRAND EVENEMENT FESTIF ET CONVIVIAL SAMEDI 19 JANVIER

      rassemblement marché Hoche – à partir de 10h

      contre l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes :
      Journée Nationale contre VINCI

      Apportez vos galettes, vos instruments, vos voix, vos banderoles...

      pour en savoir plus : www.zad-nadir.org

      http://stopvinci.noblogs.org

      Comité de soutien et de lutte contre l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes et son monde :

      réunion tous les mardi à 18h30 à Antigone.


       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

      Journée de coordination des gens motivé.e.s du campus !

      Mercredi 23 janvier à partir de 16h00 à l'ARSH 1 - campus SMH

      Un groupe de gens motivé.e.s se voient contraint de faire un constat saisissant:  hors mouvement social, la fac c'est mort. Alors voila, les dirigeants universitaires doivent être ravis de cette démotivation général et nous fait la promotion d'activités pseudo-culturelle gangrainé (EVE..). Sauf que...cette absence de lieux politique nous dérange et nous souhaitons voir apparaître des espaces  où les personnes puissent se réapproprient leurs lieux de vies! Créer nos propres outils, événements, faire de l'information..etc a l'aide des groupes politiques qui existent déjà et qui puissent nous présenter leurs moyens d'auto-organisation et aussi faire le relais des luttes locales.

      C'est pour cela que nous vous invitons à tenir une table sur la fac le Mercredi 23 janvier à partir de 16h00 à l'ARSH 1, afin de présenter votre activité, vos luttes, vos brochures, infokiosk...etc.
      Présentation de la journée:

      Pizza party entre 12h et 14h sur les Jardins d'Utopies, music-openmic!!

      A partir de 16h:  Forum des luttes avec les différents collectifs a L'ARSH et discussion AG ouverte sur la création d'une dynamique à la fac


      Une soupe gratuite vous sera proposé à partir de 19h00! Après la soupe, projection pirate (plus de détail sur place).

      Notre réunion hebdomadaire se déroule le jeudi 17 janvier à 18h00 au CSE (campus, bâtiment BSHM), n'hésitez pas à venir! 

       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

      A partir du mois de janvier 2013
      Antigone acceuille tous les mardis soirs
      le comité de soutien et de lutte contre l’aéroport de Notre Dame des Landes et son monde.

      Chaque Mardi à 18h30 le collectif de soutien à la ZAD se réuni afin d’organiser des actions sur Grenoble contre l’Ayrault-Porc de Notre Dame des landes et son monde. Des ateliers de préparation d’actions ont lieu de 18h30 à 19h30, il s’agit également d’accueillir de nouvelles personnes lors de cette première heure. L’AG à proprement dit démarre à 19h30.


       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

      NDDL_soiree_soutien-71535
       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

      APPEL A LA MOBILISATION DE LA CONFEDERATION PAYSANNE POUR "NOTRE DAME DES LANDES"

      La mobilisation pour Notre Dame des Landes se prépare et s’amplifie! Nous allons affréter un car au départ de Grenoble vendredi 16 au soir, mais il manque encore des subventions pour le payer. Ce bus est presque plein.

      Potentiellement, un autre car pourrait être affrété mais c'est le même problème, on ne craint pas trop de pouvoir le remplir, mais plutôt de le financer!Le car coûte 3400€ avec 50 places, ce qui fait donc une place à 68 €. Nous demandons aux personnes de payer leur place à 60 € Aller/Retour sauf pour celles qui auraient plus de difficultés et qui ne payeraient que 30 euros.

      • Si vous voulez vous rendre à Notre Dame des Landes, faites vous connaître auprès de la Conf Isère : 04 76 09 26 05.
      • Si vous ne pouvez pas vous y rendre, vous pouvez quand même participer financièrement. Merci de me contacter. Les bénéfices éventuels seront entièrement reversés aux organisations sur place biensur!

      Nous avons déjà plusieurs subventions de la Conf régionale et de EELV, plusieurs associations, et des particuliers.

      Un appel est lancé à toutes les personnes ou structures associatives, syndicales et politiques qui ne peuvent pas monter, mais qui souhaitent participer aux frais, d'envoyer un chèque à l'ordre de la Confédération paysanne Rhône-Alpes.

      L'adresse: Confédération Paysanne Rhône-Alpes 58, rue Raulin, 69007 LYON


      Pour que nous soyons le plus nombreux possible !

       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

      Appel pour la mobilisation du 17 novembre à Notre Dame des Landes


      La Confédération Rhône-Alpes envisage d'organiser des cars à partir de Lyon pour se rendre à notre Dame des Landes le 17 novembre. Toutes les personnes intéressées pour participer à la mobilisation sont invitées à se manifester soit auprès de la Conf Rhône-Alpes, soit auprès de la Conf'Isère.

      La participation des non adhérents à la Confédération Paysanne a été évaluée à 30 euros pour l'A/R.
      Le départ serait donc fixé à minuit environ la nuit du 16 au 17 novembre. Le retour aurait lieu dans la nuit du 17 au 18 novembre. 


       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

      Nouvelle agression fasciste à Grenoble : appel à la mobilisation

      Le Vendredi 19 octobre dernier l’extrême-droite à prouver une fois de plus sa détermination à frapper les forces progressistes, quelles quelles soient et où que ce soit, avec violence et lâcheté.

      Alors que six militants des jeunesses communistes se réunissaient au locale du parti communiste (près de la gare) ces derniers ont été victimes d’un guet-apens d’une rare violence et extrêmement bien organisé.

      Sur les coups de 23h, alors que trois de ces jeunes prennent l’aire devant le locale, un petit groupe d’individus surgit soudain et se jette sur les trois communistes avant de prendre la fuite. Un des militants se fait casser le nez et voler ses papiers. L’ensemble des jeunes militants sortent alors du local pour venir en aide à leurs camarades. C’est alors que, s’éloignant de local, une quinzaine d’hommes munis de baramind, triplex et autres joujou font soudain irruptions du bar adjacent, le « D’enfer pub », et se ruent sur le groupe. Heureusement ces derniers sont parvenus à prendre la fuite, sans quoi les choses auraient pu tourner extrêmement mal.

      Au regard des insultes proférés à leurs encontre « sale rouge »…, et du style vestimentaire des agresseurs (bombers, crânes rasés et autres symboles folkloriques) l’identité politique de ces derniers ne fait aucun doute. Il semblerait que malgré le « métissage politique » auquel l’extrême droite se livre avec la « droite républicaine » le « facho de souche » reste attaché à son « patrimoine communautaire » à savoir la bière, la baston et la baramind. Cet acte n’est pas isolé, à Grenoble ces actions se sont multipliés ces dernières semaines et à Lyon elles sont d’ores et déjà devenus monnaies courantes. Chacun doit avoir à l’esprit, quelle que soit sa chapelle politique que l’implantation de groupuscules violents et fascisants dans la région aurait un impact dévastateur pour les luttes sociales dans leurs ensembles.

      Dans le contexte qui est le nôtre : chômage de masse, privatisations, hausse du coût de la vie…les exploiteurs cherchent à nous diviser : c’est « l’assisté » contre le « bon travailleur », « l’étranger » contre « le français » et « le français musulman » contre « le français de souche »… Ces groupuscules ne sont que la partie visible et active d’un mouvement de fond du paysage politique dans ce pays.

      Restons solidaires face à la xénophobie, le racisme, et toutes les formes de divisions populaires.

      Restons à l’offensive contre les exploiteurs.

      Rassemblement Mardi 30 octobre à 18H devant le « D’enfer pub » 25 Rue Colonel Denfert Rochereau.

       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

      Rassemblement de soutien aux demandeurs d’asile
      du Village Olympique

      Mardi 30 octobre à 8h30 devant le palais de justice de Grenoble (quartier Europole)

      De février à septembre 2012, une trentaine de demandeurs d’asile vivant dans la rue depuis leur arrivée en France, et qui se sont regroupés en réseau avec des militants et militantes de l’agglomération, ont vécu au 22 rue des Alpes à Fontaine. Expulsés fin septembre de Fontaine, ils ont commencé à occuper un nouveau bâtiment au 24 rue Ampère, à Grenoble. Mais mardi 25 septembre, la mairie de Grenoble a fait expulser ce nouveau squat, sans décision de justice ni solution de relogement. De nouveau à la rue, alors que l’État a l’obligation réglementaire de loger les demandeurs d’asile, ils n’ont pas eu d’autre choix que de trouver eux-mêmes une solution, même temporaire. Ils sont donc venus habiter « le Canadien », un bâtiment inoccupé de la résidence universitaire du Village Olympique (Grenoble).

      Une procédure judiciaire a été très rapidement enclenchée, témoignant de la volonté politique de ne pas les laisser s’installer dans ce lieu, alors même qu’ils n’ont aucune autre solution. Après avoir fui l’injustice et la tyrannie dans leur pays d’origine (Soudan, Erythrée, Tchad, ...), ils voient à nouveau leurs droits élémentaires bafoués : "notre revendication prioritaire reste la reconnaissance de notre statut de réfugié politique, mais nous avons le droit, comme chacun-e, à un logement, et de pouvoir ainsi participer activement à la vie de la société".

      Le procès aura lieu au Tribunal d’Instance de Grenoble mardi 30 octobre 2012 à 9h : la machine répressive est donc en marche pour remettre ces réfugiés à la rue, comme des centaines d’autres personnes dans l’agglomération alors que plus de 10 000 logements sont vides [1] .

      Occupant-e-s de la résidence universitaire, habitant-e-s de Grenoble et de l’agglomération, venons les soutenir : rassemblement mardi 30 octobre à 8h30 devant le palais de justice de Grenoble (quartier Europole)

      1. Source INSEE : 10 981 logements étaient vacants en 2008 dans la Métro selon les résultats du recensement

       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

      Il faut loger les demandeurs d'asile et non les expulser
      (par le réseau du 22 rue des Alpes)

      En février dernier, une trentaine de demandeurs d'asile originaires de pays dictatoriaux (Soudan, Tchad, Erythrée, etc.) sont venus habiter dans un bâtiment inoccupé depuis 4 ans, au 22 rue des Alpes à Fontaine. Ils vivaient depuis des mois dans un abris sordide place Bir-Hakeim, à Grenoble, alors même que l'Etat a l'obligation légale de les héberger. La procédure judiciaire intentée par la société propriétaire de l'immeuble, qui annonce qu'elle y réalisera des logements sociaux, impose de quitter les lieux depuis le lundi 24 septembre. Bien que sollicitée par ce collectif et par plusieurs associations, la mairie de Fontaine n'a rien entrepris pour leur venir en aide. Plusieurs jours avant cette échéance, les demandeurs d'asile et des personnes qui les soutiennent ont donc commencé à occuper un nouveau bâtiment au 24 rue Ampère, à Grenoble. Mais mardi 25 septembre, la mairie de Grenoble a demandé illégalement l'expulsion immédiate de ce nouveau squat, en évoquant deux motifs :

      • Aucun demandeur d'asile n'était présent au moment de l'intervention de la police. Mais plusieurs de nos organisations avaient été informées de l'objectif de relogement de ce collectif de demandeurs d'asile, et du risque d'expulsion illégale. La menace d'intervention policière justifiait que les habitants demandeurs d'asile ne soient pas présents cet après-midi là.

      • Le bâtiment occupé doit connaître prochainement des travaux de rénovation afin d'accueillir des activités culturelles et associatives, dont celle de la pépinière d'associations Cap Berriat. Mais cette dernière avait justement prévenu la mairie que le lieu était occupé depuis déjà plusieurs jours, qu'un bon contact avec les nouveaux occupants s'étaient établi très rapidement, et que, face à l'urgence, Cap Berriat comprenait et soutenait cette occupation. Nous refusons également de voir rejetés dos à dos des projets associatifs et des demandeurs d'asile, qui sont dans une situation de totale urgence sociale. Leur expulsion à la rue ne saurait en aucun cas être justifiée par la réalisation de ces travaux, qui n'ont par ailleurs pas eu besoin d'une telle occupation d'urgence pour être constamment retardés.

      Le résultat de cette réaction sans appel de la mairie de Grenoble, en dépit des nombreuses démarches entreprises pour qu'elle dialogue avec ce collectif de demandeurs d'asile et leurs soutiens, nous le connaissons. Si rien n'est fait, ils vont être rejetés à la rue dans les jours à venir, en violation des droits humains les plus élémentaires... et de la réglementation censée les protéger. Puisque la mairie a refusé qu'ils s'installent temporairement dans cet immeuble vide depuis plus de 3 ans, nous lui demandons désormais de tout mettre en œuvre pour que leur soit proposée une solution alternative d'hébergement avant l'expulsion imminente de leur squat du 22 rue des Alpes.

      De façon générale, nous refusons que les collectivités locales, dont les villes de Grenoble et Fontaine, ou la préfecture :

      • expulsent des personnes sans leur proposer de solution de relogement ;

      • utilisent des prétextes pour ne pas respecter les procédures judiciaires légales qui permettent au minimum de donner le temps de chercher d'autres solutions ;

      • ou affichent un silence complice et se dédouanent en renvoyant la balle sur d'autres institutions.

      Signataires :

      ADES, Alternatifs Isère, ATTAC Isère, Bibliothèque Antigone, Cap Berriat, Centre d'Information Inter-Peuples, Collectif la Patate Chaude, Collectif de Soutien aux Réfugiés Algériens, Comité Isérois de Soutien aux Sans-Papiers, Europe Ecologie Les Verts Isère, Ligue des Droits de l'Homme de Grenoble, NPA Isère, Ras l'Front Isère, Réseau du 22 rue des Alpes, Solidaires Isère, Sud PTT Isère et Savoie

      Plus d'info http://grenoble.indymedia.org/2012-09-26-Repression-et-nouvelles

       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer


      vivrelutopie2012Festival "vivre l'utopie", du 11 au 14 octobre 2012
      Salle Berlioz – Campus universitaire
      Saint Martin d’Hères

      Utopie et modèles de société / Conférences, débats, films, ateliers…

      L'événement vivre l'utopie est une manifestation qui a pour ambition de mettre en lumière des expériences sociétales alternatives qui envisagent des rapports plus démocratiques. Cette volonté est née du constat de véritables carences de nos formations universitaires qui nous préparent à nous insérer dans le modèle dominant, mais ne nous proposent pas d’alternatives.

      http://vivrelutopie.free.fr
       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

      Ras l'Front appelle à un rassemblement demain jeudi 14 juin à 17h30
      pour protester contre la venue de fachos à Grenoble.



      Le pré rassemblement aura lieu à 17h15 rue du Phalanstère près du cinéma le Club.
      En fonction du nombre, nous irons, avec banderolle et tract (joint)
      - soit rue Félix Poulat
      - soit cours Berriat côté impair face au 40
      Venez le plus nombreux possible, et diffusez largement ce message
      Por RLF Isère
      Yvon

      Ne laissons pas les fachos s'installer à Grenoble

      Le 14 juin prochain, les néofascistes projettent de faire un retour à Grenoble. Sur plusieurs sites de cette mouvance, 2 rencontres ont été annoncées pour ce jour-là :


      - à 17h30, au magasin "Terres Celtiques" (40 cours Berriat) avec Piero San Giorgio auteur d'un livre intitulé "Survivre à l'effondrement économique". San Giorgiol est fréquemment invité par le groupe national-socialiste "Troisième Voie" de Serge Ayoub ainsi que par "Egalité et réconciliation" d'Alain Soral.
      Christian Mollier, le gérant de "Terres celtiques", lieu de rencontre des néofascistes, s'est particulièrement distingué en 1998; 1999 et 2000 lors d'agressions à Voiron, St Etienne de Crossey, et Grenoble contre Mohamed Harbi. Certaines ont été suivies de condamnations.


      - à 19h30 (lieu non communiqué) avec 2 ex-Front National : le lyonnais Yvan Benedetti, dirigeant de l'Oeuvre Française et l'ex-grenoblois Alexandre Gabriac ( qui dirige les "Jeunesses nationalistes")
      Ces 2 mouvements, étroitement liés, se réclament ouvertement du Maréchal Pétain et du fascisme et déploient une intense activité à Lyon ( où ils annoncent une " manif anti-Hollande ", " la révolte des Français de souche ", pour le 23 juin).
      En pleine "opération dédiabolisation", au moment des élections cantonnales de 2011, le Front National avait été obligé de se séparer de Benedetti et Gabriac : leur idéologie fasciste, révélée publiquement, était devenue trop voyante.
      Quelques mois après, le FN a proposé à Gabriac de réintégrer le groupe des élus Front national au Conseil régional. En mars, Jean-Marie Le Pen lui-même confirmait devant ses militants réunis à Voreppe la persistance des liens entre FN et Gabriac, et présentait les saluts hitlériens de l'ancien responsable FNJ de l'Isère comme une ''erreur de jeunesse". Mais en avril, Gabriac et ses amis faisaient de nouveaux force saluts fascistes, lors d'un hommage à Mussolini en Italie...
      Quand Le Pen-père fait applaudir le collaborateur et antisémite Brasillach, quand Le Pen-fille rencontre en Autriche des néonazis, il n'est pas étonnant que se sentent encouragés ces groupes périphériques au FN, qui lui servent de réservoir d'idées et de militants.

      Alors qu'à Lyon, les agressions racistes et fascistes se sont multipliées, ne laissons pas l'extrême-droite déverser sa haine à Grenoble et en Isère.

      Barrons leur la route ! Ni Le Pen, ni ses idées, ni ses fachos !
       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

      Antigone soutient à fond !!!
      criterium_du_postillon

       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

      no_tav_9_juin_Chambry
       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

      Journée de mobilisation contre le projet ferroviaire Lyon-Turin
      Samedi 9 juin 2012 à Chambéry.

      - A partir de 11h00, rassemblement convivial et informatif au Parc du
      Verney à Chambéry. Casse-croûte et stands des associations et collectifs
      luttant contre le Lyon-Turin en France.

      - A 14h00, départ du parc du Verney pour une manif-diffusion massive de
      tracts dans les rues piétonnes de Chambéry.

      Plus d’infos, liens et actualité de la lutte : www.no-tav-savoie.org

      Venez nombreux.ses montrer que en France aussi, contre le TAV, "A sara Dura !"
      Non à la ligne ferroviaire Lyon-Turin
      Ni ici, ni ailleurs !

       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

      Déménageons-le !degage


      Le préfet a délogé et expulsé à tour de bras,
      Prêtons-lui les nôtres pour son déménagement !
      Venons l'aider à plier bagages devant chez lui.
      On se charge du camion de déménagement, ramenez vos cartons !

      Parce qu'il a été nommé suite au discours honteux et raciste
      de la Villeneuve,
      Parce qu'il a appliqué avec zèle les politiques répressives,
      nous souhaitons qu'il parte vite !

      Dans ses cartons nous souhaitons qu'’il rembarque :
      sa xénophobie, les humiliations subies par les demandeurs d'asile et de titre de séjour, les queues dégradantes devant la Préfecture...

      Sarkozy parti, le Douaron aussi !

      Rassemblement le mercredi 23 mai à 16H devant la préfecture de Grenoble


      Et pour faire une dépendaison de crémaillère digne de ce nom,
      n'’hésitez pas à ramener un petit quelque chose à boire ou à manger pour son pot d'’adieu !

      à l'appel du RESF 38 et du RUSF38
      Réseau Universités Sans Frontières 38 (Isère)
      http://www.rusf.org/

       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

      La lutte contre le fichage continue

      Communiqué du Collectif Isérois pour le Retrait de Base Élèves (CIRBE)

      Si en Isère les écoles ont toutes fini, après intimidation et répression, par renseigner Base Elèves (à une exception près, la petite école de Montagne, près de St Marcellin), ailleurs en France, avec le CNRBE, de nombreuses écoles résistent encore.

      Ces luttes de terrain sont confortées par un gros travail juridique et médiatique. Le Conseil d’Etat a rétabli notamment le droit d’opposition, et le procureur de Paris a adressé un rappel à la loi au ministère de l’Education Nationale, au sujet de l’absence d’informations des parents d’élèves sur Base Elèves. Depuis a été réalisée la saisie d’un juge d’instruction pour reconsidérer le classement sans suite des 2103 plaintes contre X au sujet de Base Elèves et des recours en Tribunal Administratif contre le refus de l’administration de respecter le droit d’opposition s’enchaînent. Les recours juridiques de directeurs sanctionnés se poursuivent. Certains gagnent, d’autres perdent. Plusieurs conseils régionaux, dont celui de Rhône-Alpes, et de nombreuses municipalités ont émis des vœux contre le fichage. Les candidats à la présidentielle et aux législatives sont et seront interpellés sur le fichage par le CNRBE. De nombreux médias s’intéressent au fichage de la jeunesse. Comme nous l’avons toujours affirmé, le retrait de nombreuses données de Base Elèves ne rend pas pour autant ce fichier inoffensif. Le ministère est en train de reconstituer en dehors de Base Elèves de nouveaux fichiers recueillant des données nominatives, notamment sur les compétences avec le Livret Personnel de Compétences électronique (LPC).

      Ce LPC est un terrible outil de traçabilité, de déterminisme, de tri précoce, d’exclusion et de contrôle de la population, au service de la politique de compétitivité dans l’Education Nationale. Le LPC est déjà en place dans le secondaire, et expérimenté dans des écoles où sa généralisation est prévue pour l’année scolaire prochaine. L’existence de l’Identifiant National Elève (INE) et de la Base Nationale des Identifiants Elèves (BNIE) permet la mise en relation des différents fichiers.

       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

      No Tav : Appel à la solidarité active à partir du 11 avril

      Cet appel s’adresse à tout ceux, hommes et femmes, qui tout au long de ces mois d’occupation militaire, tout au long de ces mois de lutte et de résistance NoTav, ont pris notre parti partout en Italie. Grâce à vous il est clair pour ceux qui ont du cœur, de l’intelligence que la lutte des NoTav dans ce coin du Piémont est la lutte de tous ceux qui se battent contre le gaspillage de l’argent public pour des intérêts privés, contre la dévastation du territoire, contre la transformation définitive en marchandise de nos vies et de nos relations sociales. Défendre sa terre et sa vie c’est défendre notre futur et celui de tous. Le futur des jeunes condamnés à la précarité à vie, des anciens auxquels on refuse une vieillesse décente, de tous ceux qui pensent que le bien commun n’est pas le profit de quelques-uns mais une amélioration de la qualité de la vie pour chaque homme, femme, enfant. Ici et partout.

      On trouve nos raisons dans chaque hôpital qui ferme, dans chaque école qui est démantelée, dans chaque station abandonnée, dans chaque famille qui est expulsée, dans chaque usine où Monti offre aux patrons la possibilité de licencier ceux qui luttent. Après la terrible journée du 27 février, où l’un d’entre nous a failli mourir en essayant d’entraver l’agrandissement du fortin de la Madeleine, la multiplication des cortèges, des blocages de route, d’autoroutes, de ports et de train, dans des dizaines et des dizaines de grandes et de petites villes d’Italie, nous a donné de la force dans notre résistance sur l’autoroute. À cette occasion, nous avons compris que, malgré la présence de milliers d’homme en armes, le gouvernement et tous les partis proTav étaient en difficulté. Dans la propagande de criminalisation des failles sont apparues, des possibilités de luttes accessibles à tous et partout sont apparues.

      Le 27 février, ils ne se sont pas contentés de risquer la vie de l’un d’entre nous, ils ont occupé un autre terrain, et l’ont entouré de grilles de protection et de fil de fer barbelé. Le mercredi 11 avril ils veulent rendre légale l’occupation. Ce jour-là, ils ont convoqué les propriétaires pour réaliser une procédure d’occupation “temporaire“ des terrains. Ils ne pourront entrer dans le fortin, fortifié comme pour une guerre, qu’un seul à la fois : si un propriétaire ne se présente pas, ils passeront outre. L’important est de donner un semblant de légalité à la mise en place violente d’un énorme ouvrage inutile. À partir de là les entreprises pourront véritablement commencer les travaux. Les NoTav seront là encore une fois. Nous serons là et nous serons partout où il sera possible d’entraver la machine de l’occupation militaire. Nous lançons cet appel parce que nous avons décidé de transformer ce jour et pendant une semaine en semaine de lutte populaire NoTav. Aidez-nous. Il faut que la chaîne de solidarité spontanée qui nous a soutenu en février, soit encore plus puissante.

      Nous ne vous demandons pas de venir ici, même si comme toujours, ceux qui viendront seront les bienvenus, nous vous demandons de lutter chez vous, dans les villes et les campagnes. Nous vous demandons de diffuser la résistance.

      Mouvement No Tav – Solidarité internationale à la lutte No Tav

       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

      Procédure d'expulsion du 22 rue des Alpes de Fontaine :
      rassemblement de soutien avant le procès des demandeurs d'asile !

      Attaquée en justice par la société propriétaire du bâtiment, condamnée publiquement par la mairie de Fontaine, l’occupation du 22 rue des Alpes sera jugée le mardi 13 mars au Tribunal d’Instance de Grenoble. Un rassemblement de soutien est organisé devant le palais de Justice à 8h30.

      Depuis mi-février, des demandeurs et demandeuses d’asile vivant dans la rue depuis leur arrivée en France, et désormais regroupé.e.s en réseau avec des militants et militantes de l’agglomération, vivent au 22 rue des Alpes à Fontaine. Vide depuis 2008, le bâtiment appartenait à la mairie de Fontaine, qui l’a vendu au printemps 2011 au bailleur social SCIC Habitat Rhône-Alpes.

      Dans son communiqué du 29 février (1), la mairie de Fontaine dénonce « une action privant les habitants de la commune de futurs logements ». Nous refusons cette mise en concurrence entre précaires. Il est inacceptable de chercher ainsi à leur faire porter la responsabilité du nombre insuffisant de logements sociaux ou du coût exorbitant du logement. Le Maire Yannick Boulard préside par ailleurs l’Etablissement Public Foncier Local de la Région Grenobloise : il ne peut donc pas ignorer les véritables causes du manque de logement pour des centaines de personnes dans l’agglomération, dans laquelle plus de 10 000 logements sont vides (2). Sur sa commune, ce ne sont de toutes façons pas ces 7 appartements et 3 studios qui suffiront à régler le problème des « 800 dossiers de demande de logements de Fontainois » qu’il met en avant.

      La mairie de Fontaine laisse également entendre que ce dossier est uniquement du ressort de la SCIC Habitat Rhône-Alpes (3)... Mais cette société, dont une partie des capitaux sont publics, compte justement parmi ses administrateurs le Maire de Fontaine en tant que représentant de la Communauté d’agglomération grenobloise. M. Boulard n’a-t-il donc en réalité aucun pouvoir dans ce Conseil d’administration ? Les contribuables de la Communauté d’agglomération, qui détient des parts de cette entreprise, seraient sans doute intéressé.e.s de l’apprendre. Alors qu’il aurait pu proposer une médiation entre notre réseau et cette société, cette dernière a initié une procédure judiciaire avec une rapidité qui révèle au contraire la volonté politique d’en finir rapidement avec cette occupation (4).

      Puisque « la Municipalité tient néanmoins à rappeler qu’elle est prête à soutenir (…) toute action tendant à obtenir la régularisation des demandeurs d’asile », elle pourrait également chercher à faire pression sur la Préfecture de l’Isère, qui a l’obligation légale de les loger pendant la durée d’examen de leur demande d’asile. Un logement est en effet une condition primordiale pour réaliser une demande d’asile dans de bonnes conditions. Une réalité qui importe peu à la mairie, puisque sa seule intervention a été de faire couper l’eau depuis l’extérieur du bâtiment par la régie municipale.

      Nous appelons les habitant.e.s de Fontaine et de l’agglomération à venir au procès qui opposera une société ayant réalisé en 2010 plus de onze millions d’euros de bénéfices (5), à une vingtaine de demandeurs d’asile. Après avoir dû fuir la dictature au Soudan, au Tchad et en Erythrée en espérant voir leurs droits respectés une fois en Europe, ils ont besoin d’un large soutien face à la machine répressive en marche pour les remettre à la rue.

      Rassemblement de soutien devant le Tribunal d’Instance de Grenoble
      ce mardi 13 mars à 8h30,

      (place Robert Schuman, tram B arrêt « palais de justice »)

       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

      no_tavSolidarité avec la lutte de Val de Susa

      LIBERTE POUR TOU(TE)S

      En Italie, depuis plus de 20 ans, un mouvement s’oppose à la construction d’une nouvelle ligne de train à haute vitesse (TAV) Turin-Lyon qui devrait passer, tout en détruisant le territoire, par la Val de Susa, une région montagneuse à côté de Turin. Le mois dernier il y a eu une imposante opération judiciaire contre ce mouvement, avec plus de 30 arrestations pour essayer d’affaiblir la résistance et la diviser entre « bons » et « mauvais » manifestants. Samedi 25 février 2012 une manif de 70.000 personnes a voulu exprimer sa solidarité avec les arrêtés et sa ferme volonté de continuer la lutte. Hier a eu lieu un énième acte de répression : les forces de l’ordre, dans le but de permettre l’élargissement du chantier, ont essayé de détruire la Baita Clarea, une petite maison construite par les No TAV sur le terrain qui doit être traversé par le tunnel de la ligne Tav. Un nombre impressionnant de flics et de militaires a été utilisé pour l’opération d’expulsion. Alors qu’un groupe de militants était encerclé dans la Baita Clarea, l’un d’entre eux est monté sur un pylône électrique pour essayer de ralentir l’opération. Un flic a alors tenté de le faire descendre, sans filet ni outil de protection, manœuvre totalement assassine. Luca, après avoir annoncé qu’il ne se rendrait pas, a grimpé un peu plus haut et a pris une forte décharge électrique, faisant une chute de plusieurs mètres. Depuis il est hospitalisé en état de coma pharmacologique à l’hôpital de Turin et sa vie est en danger. Dans certaines usines et écoles de la Vallée des grèves spontanées ont immédiatement été déclenchées, l’autoroute et les deux nationales restent aujourd’hui encore bloquées. Des mobilisations de solidarité ont eu lieu dans plus de 40 villes italiennes, et même à l’étranger, avec plusieurs manif’ sauvages et blocages de trains.

      La résistance de Val de Susa, loin d’être l’expression d’un malaise local, est plutôt l’expression d’un refus radical des logiques économiques et politiques imposées par un système qui exploite et détruit territoires et populations. Solidarité avec Luca et les inculpés de la lutte NOTAV ! Organisons-nous et faisons exploser notre rage face à la militarisation des territoires et la destruction de notre existence.

      Mardi 28 février, comme dans plus de 40 villes en Italie, une initiative de solidarité avec la lutte de Val de Suse a eu lieux à Paris. Une banderole avec l’inscription « Solidarité avec la Val Susa. NO TAV » a été déployée Gare de Lyon pendant que des tracts ont été distribués aux voyageurs.

      Article paru sur Indymédia Paris

      ********no_tav_bis

      Un camarade grièvement blessé dans le Val de suse

      Une offensive policière a été lancée ce lundi 28 février au matin pour agrandir le chantier du TAV à la Baita Clarea dans le Val Susa. Un nombre impressionnant de policiers et de militaires ont été déployés dans le but de continuer le projet du TAV avec la volonté de frapper fort le mouvement, de faire mal. Cette offensive confirme les paroles de Manganelli, le chef de la police italienne, qui a déjà annoncé la couleur : « nous ne sommes pas satisfaits de la façon dont se passent les choses, la prévention n’a pas fonctionné, ils [les opposants] cherchent un mort... ».

      Article paru sur Rebellyon




      ********
      no_tav_ter

      Occupation d’autoroute et répression



      À l’annonce de l'« accident » de Luca Abba (*) et de l’élargissement de la future zone de chantier, l’autoroute traversant le Val de Suse a été occupée nuit et jour, à proximité du village de Bussoleno, et bloquée à l’aide de barricades faites de matériaux de toutes sortes (bottes de paille, barrières d’autoroute déboulonnées, bois, etc). Mardi, les flics ont tenté de mettre fin au blocage et sont intervenus pour chasser les occupants et balayer les barricades, ce qui n’a pas empêché les No-Tav de réinvestir l’autoroute directement après leur départ.
      Mercredi en fin d’après-midi, plusieurs dizaines de fourgons de flics se sont amassés sur l’autoroute et ont mis plusieurs heures à déblayer et éteindre les barricades en flammes, tandis que plus de mille personnes se rassemblaient autour d’eux, au rythme des « Giu le mani della val di Susa ! » et « Luca ! Luca ! Luca ! », ou encore frappant les barrières de l’autoroute avec des cailloux pour faire un maximum de bruit. Les no-tav refusant de se disperser, les flics ont fini par les matraquer, les arroser au canon à eau et balancer des grenades lacrymogènes comme s’il en pleuvait. S’en est suivie une course-poursuite entre la foule tentant de repartir en direction du village de Bussoleno et les carabinieri gazant et arrosant à tout va. À l’heure actuelle, l’autoroute est malheureusement aux mains des flics, la situation est calme et tout le monde est tout mouillé. Une assemblée du mouvement No-tav a lieu actuellement dans la salle des fêtes de Bussoleno. La lutte continue.

      Le 27 février ont commencé les expropriations des terrains avec des moyens policiers énormes. Luca Abba, un agriculteur habitant la vallée, est monté sur un pylone pour communiquer l'information aux autres opposants. D'après les témoignages, un flic aurait cherché à l'en faire descendre. Luca serait monté plus haut, à 15m de hauteur. C'est là qu'il a pris une décharge. Il est tombé électrocuté. Son état serait "stationnaire". Il a un rein "abimé".

      Paru sur
      Le Laboratoire - 01 mar 2012


       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

      Quelques nouvelles de l'Espagne par nos camarades de la CNT


      Espagne : vers la grève générale ? Non à la répression des étudiants !

      La tension ne fait que monter en Espagne. Le gouvernement de droite, non content de l'annonce de nouvelles coupes sociales et d'une réforme du
      travail qui précarise davantage des conditions de travail déjà bien dégradées, s'attaque à présent aux lycéens par la voie d'une répression
      féroce.

      Tout laisse à penser qu'au lieu de chercher une solution à la crise, le gouvernement s'en sert plutôt comme argument pour justifier la suppression
      progressive, presque imperceptible, de l'état de droit. La stratégie de la peur est bien programmée pour contenir les débordements : on généralise
      tout d'abord l'idée que le pire est à venir en faisant croire que le chômage est devenu une fatalité structurelle, ce qui explique par la suite
      toute sorte d'exactions. À savoir : pour travailler, il faudra dorénavant accepter tout et n'importe quoi - et de faire croire que la revendication
      d'un travail digne est devenue anachronique voire indécente par les temps qui courent !

      Ensuite, tout un appareil de répression policière à été efficacement conçu pour décourager toute tentative de résistance, au cas où il y aurait,
      malgré tout, des malheureux qui auraient la volonté de d'organiser et de continuer de lutter contre le système. Or des actions, des rassemblements,
      des manifestations, spontanés ou non, ont lieu tous les jours dans toutes les villes et il n'est pas rare de voir, même dans les toutes petites
      municipalités, des banderoles contre les coupes sociales pendre de n'importe quel bâtiment public.

      C'est ainsi que Valence est devenue, ces derniers jours, la ville que la droite à choisie pour mettre en place une stratégie de répression
      systématique. En effet, cela fait des mois que les lycéens, entre autres, manifestent contre les coupes sociales - en éducation, en l'occurrence.
      Mercredi 15 février, les forces de l'ordre ont frappé avec une violence inouïe. La réponse a été immédiate : les parents et les étudiants, outre
      les militants des mouvements sociaux, ont rapidement rejoint les lycéens. La répression policière a redoublé, avec une violence insolite : une
      cinquantaine de mineurs détenus, des centaines de blessés -dont des personnes qui passaient là, par hasard.

      Depuis, les actions se poursuivent tous les jours : les manifestations sont massives et toute la population y participe. L'indignation est
      flagrante dans une des régions les plus touchées par la crise : les politiciens, disent les Valenciens, nous volent d'abord puis nous frappent
      ensuite. On exige la démission de la déléguée du gouvernement, forte du soutien qu'elle reçoit de la maire de la ville, qui nie la violence de
      la police et qui accuse 'ces quelques radicaux de gauche qui ne font que créer des problèmes' et du chef de la police de Valence, qui a qualifié
      les manifestants comme 'l'ennemi à abattre'.

      La police à été renforcée avec de nouveaux équipements plus performants, et les politiciens justifient, s'ils ne la nient pas, une violence qui
      rappelle les dernières décennies de la dictature franquiste. La droite ne fait que montrer enfin son vrai visage : celui du fascisme. En à peine
      deux mois de gouvernement, le parti de Mariano Rajoy a non seulement réussi à bafouer des droits sociaux fondamentaux ; il a aussi réussi à
      instaurer un climat de peur digne d'un régime autoritaire.

      À présent, la population en Espagne tente de dénoncer, par tous les moyens, l'actuel état de choses. Les étudiants, qui préparent une journée
      de grève le 29 février, invitent les travailleurs à les rejoindre dans ce qui serait une première journée de grève générale. Tandis que les
      syndicats majoritaires essaient de calmer le jeu en annonçant de futures négociations avec le gouvernement, les Espagnols, las et indignés,
      s'organisent en assemblées générales, tous les jours, dans toutes les villes, pour préparer ce qui pourrait devenir une large contestation
      sociale.

      CNT


       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

      affiche_A4_chaine_finale_pour_fond
       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

      Nucléaire : jugés pour avoir dévoilé la vérité

      Le 20 janvier 2012 les 9 militants de Greenpeace (6 femmes et 3 hommes âgés de 22 à 60 ans) qui avaient réussi le 5 Décembre dernier, à monter sur le dôme d’un des deux réacteurs de la centrale de Nogent sur Seine comparaissaient devant le tribunal de Troyes.

      Le 5 décembre, en à peine 15 minutes, ils ont franchi trois enceintes et réussi à atteindre l’un des réacteurs. Suite à cette action, ils ont été mis en examen pour violation de domicile et dégradation grave en réunion d’un bien d’utilité publique et, pour certains, refus de prélèvement d’ADN.

      Le procureur a requis de quatre à six mois de prison avec sursis à leur encontre. Il a, en outre, demandé une peine d’amende de 1.000 à 1.500 euros pour chacun des prévenus, poursuivis pour violation de locaux professionnels et dégradations en réunion. Ils encourent jusqu’à cinq ans d’emprisonnement et 75.000 euros d’amende. La décision a été mise en délibéré jusqu’au 21 février à 14 h.

      Des militants qui n’étaient pas seuls !

      Devant le palais de justice, la mobilisation était bien présente : une cinquantaine de personnes étaient venues soutenir Alice, Philippe, Vivien et les autres. Une bannière a été déployée sur les grilles du tribunal, pour leur dire MERCI. Cette bannière comportait également les messages de soutien laissés sur le site par plus de 7 000 internautes.

      Les deux militants qui s’étaient introduits à la centrale de Cruas, en Ardèche, doivent quant à eux comparaître le mardi 24 janvier devant le tribunal correctionnel de Privas.

       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

      chaine_humaine_nuclaire
      Chaine humaine
      pour sortir du nucléaire

       Dimanche 22 janvier 2012

      Rendez-vous 15h place Grenette à Grenoble
      Venez avec vos amiEs, vos enfants, vos instruments de musique,
      habilléEs en jaune et avec votre détermination !

      Plus d'info sur le site du réseau sortir du nucléaire :

      http://chainehumaine.org/Chaine-humaine-a-Grenoble-38


       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

      4èmes Rencontres départementales des Luttes et de la Résistance

      Samedi 14 janvier à Rives, 40 associations vous attendent à partir de 15h.
      Vous pourrez visiter leurs stands, vous désaltérer, goûter aux saveurs du monde et même vous restaurer à prix modique.
      Au programme :

      17  h Débat
      ÉTAT DES LIEUX des extrêmes droites en Europe et en France
      avec René Monzat, journaliste et observateur des extrêmes droites depuis plus de 20 ans  
      et Karl Grunberg , militant antiraciste en Suisse. 
      Ils feront le point sur la montée de l’extrême droite et des mouvements néo-fascistes en Europe, 
      l’essor des néo-populismes et leur place dans les exécutifs des gouvernements.            
      Zoom sur l’Italie et la Suisse, laboratoires des stratégies populistes.

      20 h Débat
      Le "NOUVEAU" VISAGE du FN et sa stratégie de reconquête.
      Qu'y a-t-il sous le "maquillage" ? 
      avec Erwan Lecœur, sociologue. 
      Spécialiste du populisme et de l’extrême droite française, il a enseigné la psychologie sociale 
      et s’intéresse particulièrement aux liens entre religieux et politique, l’utilisation de symboles, 
      la forme du discours et autres évocations signifiantes dans le domaine social et politique. 
      Tentations nationalistes, sociologie du vote FN, mutation et changement cosmétique du parti. 
      Décryptage de sa propagande et de son programme socio-économique.  
      Quels liens avec les mouvements néo-fascistes - quelle frontière avec la droite UMP ? 
      Quelle stratégie, quelle vision du monde et quel projet de société ?


      Ras l’Front a pour vocation de créer et de stimuler un mouvement de vigilance 
      et de résistance contre le fascisme. Son réseau entend mobiliser les citoyens, 
      les associations, les syndicats et les partis politiques pour combattre sans exclusive 
      ni concession l’extrême droite et ses alliés.

      les associations et partenaires (liste en cours)
      Acor Sos racisme Genève • Amis du théâtre Al Rowwad • Amoureux au Ban Public • Amis du Monde diplomatique • ANACR amis de la Résistance • Antigone • APARDAP parrainage des sans-papiers • Artisans du Monde • ATTAC % • CADTM annulation de la dette • CCFD Terre solidaire • Cercle du silence • CIIP centre d’Information Inter Peuples • la Cimade • CSRPA réfugiés politiques Algériens • CSSP soutien aux sans papiers • CTNE traite négrière • Cercle du Silence • ColUniAntiDélation • FNDIRP déportés, résistants • FSQP Genepi • Greenpeace  • Librairie Chemain • Librairie Nouvelle • Ligue des Droits de l’Homme •Maison de la poésie Rhône Alpes• Mouvement de la Paix • MRAP pour l’amitié entre les peuples • OIP observatoire des prisons • Renseignements géréreux • Réseau Éducation Sans Frontières • Réseau Université Sans Frontières • Sortir du Nucléaire • SOS Racisme • SURVIE françafrique • SGAP artisanat palestinien • Synd CGT Travailleurs Sans Papiers • la Voix des Rroms • et d’autres encore…
       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

      Samedi 14 Janvier à 14h place du pont / métro Guillotière à LYON

      Solidarité inter­na­tio­nale des tra­vailleu­ret des tra­vailleu­ses !
      Pas de guerre entre les peu­ples, pas de paix entre les clas­ses !
      La coor­di­na­tion des Groupes Anarchistes
      appelle à la cons­ti­tu­tion d’un cor­tège liber­taire lors de la mani­fes­ta­tion anti­fas­ciste

      Dans un contexte de crise capitaliste, la bourgeoisie et l’Etat français redoublent d’agressivité : l’Etat mène une politique de casse sociale qui vise à préserver les intérêts du patronat et des actionnaires. Nous en payons le prix au quotidien : explosion du chômage, précarité, gel ou la baisse des salaires, envol des loyers, dégradation de notre santé et de notre accès aux soins, les difficultés pour boucler les fins de mois.

      Ce 14 jan­vier, un groupe natio­na­liste prend le pré­texte de la guerre d’Afghanistan pour dif­fu­ser son venin anti­sé­mite et raciste. Son oppo­si­tion à cette guerre n’est qu’une posi­tion oppor­tu­niste pour para­der dans nos rues et dif­fu­ser leurs idées. Elle reflète aussi le point de vue d’une frac­tion de la bour­geoi­sie fran­çaise voyant seu­le­ment dans cette guerre leur ali­gne­ment sur celle de la bour­geoi­sie amé­ri­caine. Elle se contre­fout du sort des tra­vailleu­ses et des tra­vailleurs afgha­nEs, coin­céEs entre une armée d’occu­pa­tion et des forces réac­tion­nai­res reli­gieu­ses, elles mêmes favo­ri­sées dans le passé par les puis­san­ces impé­ria­lis­tes, dont la France. Cette même offi­cine raciste ne dit rien bien entendu de l’impé­ria­lisme fran­çais, des exac­tions et de l’occu­pa­tion mili­taire fran­çaise dans bien d’autres par­ties du monde, et notam­ment en Afrique.
      Pas plus qu’il ne dénonce les entrai­ne­ments de l’armée fran­çaise à la gué­rilla urbaine, qui visent à la pré­pa­rer à inter­ve­nir sur le ter­ri­toire fran­çais en cas de révolte sociale.
      « Diviser pour mieux régner » : ici et là-bas
      Pour pré­ve­nir tout risque d’explo­sion sociale, la bour­geoi­sie joue la carte du natio­na­lisme. Avec un double objec­tif : mobi­li­ser les tra­vailleu­ses et tra­vailleurs der­rière elle pour pré­ser­ver sa posi­tion inter­na­tio­nale, et dési­gner des boucs émissaires pour lui per­met­tre d’échapper à la colère popu­laire.
      MusulmanEs, arabes, rroms, juifs, immi­gréEs sont tour à tour ou touTEs ensem­ble dési­gnéEs comme res­pon­sa­bles des pro­blè­mes, soit par l’Etat, les partis poli­ti­ques, soit par les grou­pes natio­na­lis­tes ou racis­tes.
      Sans avoir l’air d’y tou­cher, la bour­geoi­sie et l’Etat favo­ri­sent ces cou­rants qui repré­sen­tent leur der­nier rem­part contre une explo­sion révo­lu­tion­naire.
      Mais qui nous exploite ? Les patrons et les action­nai­res ! Qui nous extor­que des loyers ? Les pro­prié­tai­res ! Qui nous licen­cie et nous pré­ca­rise ? La bour­geoi­sie, et au tout pre­mier chef, la bour­geoi­sie fran­çaise !
      Non, nos inté­rêts ne sont pas les leurs, et c’est pour mettre fin à la domi­na­tion bour­geoise, mais aussi de l’Etat que nous devons nous orga­ni­ser et lutter. Cela veut dire éviter toutes les manœu­vres de divi­sion qui veu­lent nous amener sur le ter­rain de la « guerre de touTEs contre touTEs ». Cela veut dire choi­sir la lutte des clas­ses et non la guerre contre un « ennemi inté­rieur » ou exté­rieur dési­gné par la bour­geoi­sie.
      Quant nous nous oppo­sons à l’impé­ria­lisme, en com­men­çant par l’impé­ria­lisme fran­çais, en Afghanistan comme ailleurs, qui redou­ble d’agres­si­vité en ce contexte de crise, uni­que­ment pour le contrôle des res­sour­ces. Car toute pré­ten­due « solu­tion natio­nale » à la crise capi­ta­liste ne se fera que sur notre dos, et sur celui des tra­vailleu­ses et des tra­vailleurs des pays ciblés par l’impé­ria­lisme fran­çais. Nous nous ins­cri­vons dans les luttes des exploi­téEs, qui ici ou en Egypte, en Russie ou en Argentine, lut­tent contre la bour­geoi­sie (y com­pris leur bour­geoi­sie natio­nale !) loin des impas­ses meur­triè­res du natio­na­lisme.


       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

      COPINAGE...
      UNE SEMAINE A NE PAS MANQUER

      Plus d'information ici
      et dans le PDF à télécharger ci-dessous

      semaine_pave_sauce1

       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

      Ras_lfront 

       COMMUNIQUÉ du 5 novembre 2011

       

      À St Martin le Vinoux en Isère(1), le « bloc identitaire » en mal de reconnaissance, renomme des rues et  « montre du doigt » une partie de la population. Il stigmatise des habitants à cause de leur religion ou de leur origine : c’est contraire à notre constitution et c’est un acte raciste.
       
      Le racisme n’est pas une opinion, c’est un délit. Les auteurs doivent être sanctionnés ainsi que ceux qui cultivent la haine et l’intolérance et, par là, incitent à la violence.
       
      Dans le cas présent, nous savons bien que ce mouvement veut avant tout occuper la rue pour propager son idéologie de haine et d’intolérance.
      À la recherche de boucs émissaires, à qui faire supporter la faute de la crise, il est aidé par les discours xénophobes du gouvernement, les pseudo débats sur l’identité nationale ou la laïcité et par la banalisation du FN toujours ancré dans des idées sécuritaires et haineuses.
       
      Ainsi renforcés, les racistes et les fascistes n’hésitent plus à agir en toute impunité. Nous constatons une recrudescence inquiétante du nombre d’agressions verbales ou physiques.
      Ne laissons pas banaliser ces discours et ces actes : ils n‘en sont pas à leur première action et parfois encore plus violentes.
       
      Combattons fermement les agissements d’une extrême droite qui entend poursuivre son implantation tout azimut, en France et en Europe, en utilisant au besoin la violence afin d’intimider celles et ceux qui pensent et vivent autrement.
       
      La haine de l'autre gangrène nos sociétés.    

      Les comités RAS L'FRONT de Grenoble (CRIE), du Voironnais, du Grésivaudan.et d'Aoste

       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

      Les écoeurées, les indignées, les révoltées pour le droit au logement pour tous et toutes sur Saint Martin d’Hères communiquent

      LE GROUPE FEMMES DU COLLECTIF « DÉFENDS TOIT »
      SE MOBILISE, DE NOUVEAU, POUR EXIGER L’ATTRIBUTION D’UN LOGEMENT
      POUR MME BD ET SA FAMILLE

      Ci-dessous le tract du collectif

      Fichiers joints:
      Télécharger ce fichier (2011-10-12-tract-opac.pdf)tract-défends toit-opac[ ]418 Kb22/10/2011 10:36
       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

      occupygrenoble-manif2011-10-22-2358
       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

      Les facteurs à la direction de la Poste: Yes we camp

      Depuis maintenant près de 6 mois et plus de 4 semaines de grève, les facteurs du centre courrier d’Echirolles contestent leur réorganisation. Pris dans la logique ultra libérale où les réductions des coûts et les suppressions d’emploi sont l’alpha et l’omega de toute politique, la direction de la Poste reste sourde aux revendications du personnel et maintient des suppressions d’emplois et de tournées.

      Alors à l’image des indignés qui se mobilisent depuis des mois contre la barbarie de la mondialisation capitaliste, les facteurs établiront un campement devant la Direction de la Poste à partir du 18 octobre.

      En ce jour d’élections professionnelles à la Poste, nous voulons nous faire entendre car la Poste c’est nous !

      Les facteurs appellent les 99% de la population victime de la crise du capitalisme à venir les rejoindre.

      Campement des facteurs indignés à partir du 18 octobre à 17h devant la direction de la Poste (Poste Grenoble Chavant, Boulevard Lyautey)


      Les soutiens financiers et motions de soutien sont toujours d'actualités.

      Les chèques sont à mettre à l'ordre de Solidaires Isère ( mention "soutien facteurs Échirolles" au dos) et à adresser à SUD PTT  Isère Savoie 12b rue des trembles 38100 Grenoble)

       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

      10 juin 2011

      Collectifs Défends-Toit

      OCCUPATION ILLIMITE
      de la mairie de st martin d’hères

      Le groupe femmes du collectif Défends-Toit est toujours mobilisé et
      présent devant la mairie de Saint Martin d'Hères.
      Le collectif demande à toute personne d'appeler la mairie de SMH pour le
      soutenir dans son action et réclamer que ses revendications soient
      entendues.

      Tél. accueil mairie : 04 76 60 73 73
      Demander Mme Ravel, du service habitat.

      En pièce jointe le tract avec les revendications du collectif

      Fichiers joints:
      Télécharger ce fichier (tract-occup9-06-2011-2.pdf)tract-occup9-06-2011-2.pdf[ ]320 Kb10/06/2011 18:30
       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

      RASSEMBLEMENT

      TOUS LES SOIRS

      PLACE VICTOR HUGO (GRENOBLE)

      A 20H

       

      Depuis vendredi 20 mai un regroupement spontané de citoyens et citoyennes en dehors de toute structure politique se rassemblent tous les soirs à 20h place Victor Hugo. Il soutient le soulèvement de la jeunesse et des précaires espagnols, mais aussi souhaite poursuivre le mouvement en France.

      Si comme nous l’avenir vous inquiete, si vous êtes curieux, si vous avez des idées ou des questions à poser, alors n’hésitez plus, venez nous rejoindre seul ou encore mieux à plusieurs.

      Nous vous attendons. La démocratie réelle, c’est 20h place Victor Hugo.

       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

      Samedi 14 Mai le Bloc Identitaire organise à Lyon la "marche des cochons",

      nous appelons touts nos camarades grenoblois à se montrer solidaire.

      Le 14 Mai montons à Lyon pour faire barrage au fascisme !

      A l'appel du C.L.A.S.H. Grenoble

      clash-grenoble at riseup.net

       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

      MANIFESTATION samedi 16 Avril Grenoble,

      15 h place Felix-Poulat

      Sortons du nucléaire !

      Le groupe local Sortir du Nucléaire Isère et plusieurs organisations (confirmation des signatures en cours) appelle à une manifestation unitaire contre le nucléaire. Nous avons choisi la formulation la plus courte possible, afin de ne pas entrer dans des dissensions sur le calendrier de la sortie du nucléaire (5 ans, 10 ans... et d’ailleurs est-ce notre rôle ?) et sur la hiérarchie entre les questions cruciales de la décroissance de la consommation, du partage des richesses, de la concentration du pouvoir et du colonialisme. Notre priorité est d’abord d’appeler à un rassemblement le plus large possible.

      Un tract est en cours de rédaction. Pour préparer la manif et nous répartir les tâches, nous nous réunirons mercredi 6 avril à 20h à la MDA de Grenoble Maison des Associations 6 rue Berthe de Boissieux à GRENOBLE ( entre piscine Jean Bron et quartier de Bonne )

      Tchernobyl - Fukushima Nucléaire : DÉGAGE !!!

      Notre pays, le plus nucléarisé du monde, ne peut continuer de s’enferrer dans une politique nucléaire mortifère qui promet de nouvelles catastrophes comme Tchernobyl et Fukushima.

      MANIFESTATION samedi 16 Avril Grenoble, 15 h place Felix-Poulat Sortons du nucléaire !

      « Nucléaire dégage » parce que la racine du nucléaire, c’est la bombe. Un état nucléaire est forcément militaire et centralisé. Un état nucléaire ne peut pas être démocratique. « Nucléaire dégage » parce que le nucléaire est un trou sans fond où s’engouffre l’argent public. Au détriment des investissements décentralisés dans les économies d’énergie. Un investissement massif dans les économies d’énergie ( isolation thermique des logements) créera bien plus d’emplois locaux et pérennes que le nucléaire, pour une efficacité énergétique bien supérieure.

      Le temps nous manque d’ici le 16 avril, aussi nous comptons sur chacun d’entre vous pour rediffuser l’info dans vos réseaux. Si la mobilisation fonctionne, nous pouvons faire de cette journée un évènement régional.

      Ci-jointe une affiche d’info sur le MOX, pour informer celles-ceux qui ne feraient pas le lien entre la France et le Japon. Le plutonium est le produit le plus toxique jamais fabriqué par l’homme. 6 kilos de plutonium ont suffi pour raser la ville de Nagasaki. Il y en a des centaines de kilos qui transitent chaque semaine dans la vallée du Rhône, entre Marcoule et La Hague, pour fabriquer le MOX, ce combustible 1000 fois plus toxique encore que l’uranium enrichi. Les co-responsables de la catastrophe sont chez nous, en France, au CEA, et nous devons les montrer du doigt.

      FUKUSHIMOX_affich.pdf

      NUKMIL_CEA.pdf

       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

      Appel du Collectif Stop Caméras-38
      collectif d'habitant.es de Fontaine

      RASSEMBLEMENT LUNDI 28 MARS DE 18H A 20H

      sur le parvis de l'Hotel de Ville de Fontaine

      89, mail Marcel Cachin

      Les élus fontainois ont annoncé l'installation prochaine de caméras de
      vidéo-surveillance. Comme à Grenoble, où les caméras ont été installées
      absolument partout sous prétexte d'«expérimentation», la mairie est en
      train de céder à la pression de la Préfecture pour appliquer la consigne
      sarkoziste : tripler le nombre de caméras en France.

      La vidéosurveillance est dangereuse, inefficace, et coûteuse. Tout le
      monde le reconnaît, à l'exception de ceux qui les fabriquent et qui les
      vendent. Installer les caméras, c'est céder à la peur, c'est choisir une
      société policière, c'est renoncer à l'idée de Liberté.

      Pour faire valoir que c'est aux habitantes et habitants de Fontaine de
      décider et non à la Préfecture, pour refuser la politique du fait
      accompli, et parce que la meilleure façon de lutter contre la peur c'est
      de faire vivre l'espace public, retrouvons-nous à l’occasion du prochain
      conseil municipal :

      RASSEMBLEMENT LUNDI 28 MARS DE 18H A 20H
      sur le parvis de l'Hotel de Ville de Fontaine
      89, mail Marcel Cachin

      Boissons chaudes, petits gâteaux, fanfares,
      marmots et banderoles ... bienvenus !

      Collectif Stop Caméras-38 / collectif d'habitant.es de Fontaine
      et de la Cuvette contre la vidéo-surveillance et son monde.
      Contact : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

      Premiers signataires : Ligue des Droits de l’Homme-Isère,
      Association Repérages, Soler A., Allegue D., Faure A.,
      Simone V., Miba M., Peyrin Y., Retière N., Rozier E., Pozo D.,
      et de nombreux autres habitants de Fontaine.

       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

       

       

      Manifestation antinucléaire à Grenoble

      samedi 19 mars - 16h  -  place Notre-Dame

      à l’appel du groupe Sortir du Nucléaire 38

      et du collectif « Ni nucléaire ni gaz de schiste »

      L’énergie, c’est l’affaire des peuples !

       

      Soutien au printemps des peuples du Maghreb et Moyen-Orient

       

      Qu'y a-t'-il de commun entre le peuple japonais et le peuple libyen ? Pas grand-chose a priori.

      Pourtant, tous deux sont victimes de l'appropriation et de la concentration de l'énergie par un pouvoir politico-industriel qui échappe au contrôle démocratique.

      C'est pour garder l'argent du pétrole que Kadhafi bombarde les insurgés.

      C'est pour les bénéfices de l'exploitation des centrales nucléaires japonaises que la société TEPCO empoisonne la terre japonaise pour des millénaires.

      Pollution, colonialisme, dictatures, mépris de la vie humaine, mépris de la démocratie.

      La politique énergétique de la France  est fondée sur l'exploitation néocoloniale du pétrole et de l’uranium ( Areva exploite des mines d’uranium au Niger, dont le nouveau Président « démocratiquement » élu est un cadre d’une filiale nigérienne …d’Areva)

      C’est pourquoi nous avons voulu nous associer à la manifestation de soutien aux révolutions du Maghreb et du Moyen-Orient.

      Solidarité avec le peuple japonais

      Chacun sait combien la situation au Japon est terrifiante : aux effets dévastateurs de forces naturelles immaîtrisables, se rajoute une catastrophe qui doit tout à une illusion de maîtrise de la radioactivité.

      Le peuple japonais, pourtant le premier touché par le feu des bombes atomiques de 1945, a laissé s’installer une industrie nucléaire civile qui prétendait assurer la croissance de l’archipel nippon. On va s’apercevoir combien en plus des immenses dégâts du séisme et du tsunami, la catastrophe nucléaire va avoir d’impacts à long terme sur la santé des japonais ( contamination de la mer ).

      La catastrophe du Japon nous montre que contrairement à ce qu'affirment les propagandes des États et des industriels, le nucléaire est une technologie non maîtrisée, non maîtrisable, et qui détruit la vie en silence depuis plus de 50 ans.

      La catastrophe de Tchernobyl a causé près d'un million de morts entre 1986 et 2004 (travaux de scientifiques russophones indépendants, enfin traduits et validés par l'Académie des Sciences de New York)

      Combien mourront au Japon et dans la zone Pacifique ?

       

      Le peuple français solidaire du nucléaire ?

      Nucléaire japonais et français : mêmes erreurs.

      Le saviez-vous ? Certains réacteurs de la centrale de Fukushima Daiishi sont alimentés avec du MOX.

      Qu'est-ce que le MOX ?

      C'est un combustible fissile particulièrement instable (connu pour avoir une forte tendance à l'emballement, il accroît les risques de fusion du cœur) et toxique.  Il est si actif que l'usure du matériel (cuves, tuyauteries) est accélérée d'un facteur 2 ou 3.  Il s'agit d'un assemblage d'uranium dit "appauvri" (tout aussi toxique et radioactif que l'U enrichi, mais dépourvu d'U235 fissile)... et de plutonium.

      Qu'est-ce que le plutonium ? Un des produits les plus nocifs qui aient été fabriqués par l'homme.  Un seul chiffre suffit à le présenter :

      Il suffit à un adulte d'inhaler un millionième de gramme de plutonium pour mourir à coup sûr d'un cancer du poumon.

      Or le MOX est une création française. AREVA en vend au Japon depuis des années. Mieux : ce combustible, connu pour son instabilité, est aujourd'hui en service dans 20 de nos 58 réacteurs français, et notamment dans les 4 réacteurs du Tricastin.

      Et en France comme au Japon, on s’aperçoit de graves défaillances de sécurité… un peu tard : après 30 ans de fonctionnement !!

      Un  mois avant les drames japonais, le 11 février dernier, Le Réseau Sortir du Nucléaire avait révélé un rapport, bien peu médiatisé alors, de l’ASN (Autorité de Sureté Nucléaire) : elle découvrait une grave défaillance de sureté sur 34 réacteurs, construits entre 1977 et 1987 :

      « En situation accidentelle, l’injection de sécurité à haute pression pourrait ne pas permettre de refroidir suffisamment le cœur du réacteur ».

      … et le 18 février, révélations de nouvelles anomalies :

      L’usure prématurée d’éléments des groupes électrogènes de secours… sur 19 des 34 réacteurs déjà en cause.

      Ces 19 réacteurs sont donc doublement vulnérables au risque de fusion du cœur !

      Parmi eux, 3 sites en Région Rhône-Alpes : Bugey (Ain), Cruas (Ardèche), Tricastin (Drôme).

      On retrouve donc en France les scénarios qui ont amené à la catastrophe  japonaise ! : Perte d’alimentation électrique et détérioration des circuits de refroidissement de secours.

       

      ….Et pourtant, comme au Japon, « tout était prévu », bien sûr !

       

      L'énergie est un bien public :

      Les peuples ont le pouvoir d’en reprendre le contrôle démocratique grâce à la mobilisation citoyenne !

      Qu'est-ce qui caractérise les énergies renouvelables (éolien, solaire thermique, biomasse ou bois-énergie, co-génération ou récupération de chaleur, biogaz, solaire photovoltaïque, petit hydraulique) ? Elles peuvent être décentralisées, produites et consommées localement, et leurs technologies sont maitrisables.

      Il est possible de restaurer notre autonomie énergétique en déconcentrant la production et surtout en économisant l'énergie.

      Nous savons aujourd’hui réaliser des logements dont la conception et l’isolation thermique suppriment quasiment les besoins en chauffage.

      La rénovation thermique de l’habitat en France est un énorme gisement d’emplois qui n’attend qu’une décision politique.

      En France, la première exigence sera évidemment de sortir du nucléaire.

      L'industrie nucléaire, perpétuellement déficitaire, absorbe toutes les subventions et les crédits de recherche qui pourraient promouvoir d’autres politiques énergétiques.

      Puisque ce ne sera pas facile de sortir de cette dépendance, c’est très vite qu’il faut prendre des décisions courageuses, comme l’on fait d’autres pays européens.

       

       

      > Des initiatives spontanées commencent à s'organiser un peu partout.

      Le Réseau "Sortir du nucléaire" appelle à des rassemblements partout en France pour demander la sortie du nucléaire et manifester notre solidarité avec la population japonaise.

      Venez nombreux-ses !

      Définitivement, sortons du nucléaire civil et militaire !

       

      Réunion d’action à 19h

      Au 56 rue Docteur l’Hermitte

      Tram C arrêt Vallier Catane

      (près de la clinique mutualiste)

       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

      Le 56 rue du Docteur Hermite est menacé d’expulsion !

      Rassemblement devant le Palais de Justice de Grenoble

      mercredi 26 janvier 2011 à 8h30 au Palais de Justice,

      en solidarité avec le 56, menacé d’expulsion par la mairie de Grenoble.

      Ouvert depuis le début du mois de novembre, le 56 de la rue du Docteur Hermite est habité par quelques personnes et constitue un espace d’activités gratuites pour de nombreuses personnes (ateliers, discussions, vidéo-projections, jeux, infokiosque, zone de gratuité, etc.), le tout avec la volonté de s’ouvrir au quartier et à toutes celles et ceux pour qui la fin du mouvement contre la réforme des retraites ne sonne pas le glas de toute lutte sociale. Chaque samedi à 17h, une assemblée générale se tient dans le lieu pour y organiser la vie quotidienne et les activités.

      Même si le bâtiment était vide depuis de longs mois, la mairie de Grenoble (propriétaire des lieux) s’est empressée de nous assigner au tribunal dans l’objectif de nous expulser le plus rapidement possible. Le procès a été repoussé une première fois au 15 décembre dernier, puis une deuxième fois au 19 janvier, puis encore une troisiéme fois pour ce mercredi 26 janvier.

      Dernièrement, d’autres squats d’activités liés aux luttes sociales en cours ont été expulsés par des mairies "socialistes" : la Maison de la Grève, à Rennes (ouverte fin octobre, expulsée le 2 décembre...), et la Casa Marulaz, à Besançon (ouverte en septembre, expulsée le 7 décembre).

      Son altesse Michel Destot, toujours aussi allergique à toute initiative politique sortant du cadre légal et du contrôle de la municipalité, aimerait bien imposer au 56 un sort similaire.

      Expulser des gens en plein hiver, c’est pas ça qui fait peur aux socialistes. En tout cas, ce ne serait pas la première fois que ça arriverait. Mais on ne va pas se laisser faire, et quoi qu’il arrive, ça se saura !

      Prochaine étape, donc, au tribunal de grande instance de Grenoble, mercredi 26 janvier 2011 à 8h30 du matin, pour le procès intenté par la mairie de Grenoble, en solidarité avec le 56 ! Remplissons la salle d’audience (au premier étage), et s’il le faut, rendons-y l’ambiance plus chaleureuse que d’habitude...

      Plus d’infos :
      56, rue du Docteur Hermite, Grenoble
      http://le56.squat.net/

       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

      Rassemblement déambulatoire contre la LOPPSI 2

      Samedi 15 janvier 2011,

      rendez-vous à 14h,

      au kiosque du Jardin de Ville, à Grenoble.


      Depuis quelques mois, un projet de loi sécuritaire est à l’étude, la
      LOPPSI 2 ("loi d’orientation et de programmation pour la performance de la
      sécurité intérieure"). Il a été voté à l’Assemblée nationale et passera du
      18 au 20 janvier une dernière fois devant le Sénat. La LOPPSI 2 est un
      véritable fourre-tout judiciaire renforçant les logiques policières et
      l’idéologie sécuritaire à différents niveaux, impliquant entre autres :
      - expulsion en 48h des occupations de terrains, comme les campements,
      bidonvilles, mobil-homes, maisons sans permis de construire, yourtes,
      tipis, cabanes, et autres
      - accroissement de la répression, de la surveillance et de l’espionnage
      des usages d’Internet
      - renforcement de la vidéo-surveillance, du renseignement, de l’espionnage
      et du fichage policiers
      - développement des missions de sécurité privée et du très pétainiste
      "service volontaire citoyen"
      - renforcement de la répression envers les étrangers, les mineurs, les
      hooligans et autres "classes dangereuses"
      - et plus encore...

      Et dimanche 16 janvier, à 17h, assemblée ouverte contre la LOPPSI 2

      pour continuer les actions jusqu’à l’annulation de la LOPPSI 2 (soyons fous),

      au 56 rue du Docteur Hermite, quartier st-Bruno à Grenoble.

       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

      Le 56 rue du Docteur Hermite est menacé d’expulsion !

      Rassemblement devant le Palais de Justice de Grenoble

      mercredi 19 janvier 2011 à 8h45 au Palais de Justice,

      en solidarité avec le 56, menacé d’expulsion par la mairie de Grenoble.

       

      Ouvert depuis le début du mois de novembre, le 56 de la rue du Docteur Hermite est habité par quelques personnes et constitue un espace d’activités gratuites pour de nombreuses personnes (ateliers, discussions, vidéo-projections, jeux, infokiosque, zone de gratuité, etc.), le tout avec la volonté de s’ouvrir au quartier et à toutes celles et ceux pour qui la fin du mouvement contre la réforme des retraites ne sonne pas le glas de toute lutte sociale.
      Chaque samedi à 17h, une assemblée générale se tient dans le lieu pour y organiser la vie quotidienne et les activités.

       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

      15 janvier 2011

      Lyon : manifestation antifasciste

      Procès de 3 camarades pour excès d’antifascisme le Mardi 18 janvier, Une manifestation de soutien aura lieue le samedi 15 janvier, à partir de 14h place des Terreaux, pour laquelle on aurait besoin d’aide car vous connaissez la situation lyonnaise...

      SCALP LYON
      Écrire à No Pasaran

      Les Antifas Grenoblois répondent présent

      Montrons nôtre solidarité

       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

       

      Nouvelle manifestation le samedi 6 Novembre ! !

      CONTINUONS LA LUTTE !

       

      Une situation sans précédent !

      Après les journées de mobilisation de septembre, celles d’octobre confirment que la détermination des français demeure ancrée à un

      très haut niveau.

      Ce sont des millions de citoyens qui ont participé aux manifestations !

      Une réforme impopulaire !

      Chacun sait maintenant que c’est une escroquerie que de faire croire qu’il n’y aurait pas d’autres solutions pour s’adapter à l’augmentation de l’espérance de vie.

      Une jeunesse en mouvement !

      La mobilisation et la participation massive des jeunes reflète, au-delà de la question des retraites, leur inquiétude quant à leur avenir et à la situation de l’emploi.

      Un pouvoir méprisant…

      Le gouvernement et les parlementaires de droite s’obstinent à ignorer les revendications exprimées par les salariés et leurs organisations syndicales.

      antidémocratique..

      En accélérant la procédure d’adoption de la loi à l’assemblé nationale et au sénat, en envoyant les CRS et les Brigades Anti Criminalité pour matraquer dans les manifs et sur les blocages, en remettant en cause le droit des grèves des ouvriers par des ordres de réquisition, nos dirigeants montrent qu’ils sont prêts à tout pour imposer cette réforme.

      et corrompu.

      Les manipulations à coup d’enveloppe, de nominations, etc.. sont la marque du pouvoir actuel au service d’un système où le profit est roi. Il faut mettre dehors Sarkosy et sa clique.

      Mais la loi va s’appliquer ! Et alors !

      Sarkozy veut que la loi soit promulguée vers le 15 novembre. Mais rappelons nous du CPE, voté lui aussi dans l’urgence. Ce qu’un parlement fait : la mobilisation du peuple peut le défaire.

      Des assemblées générales ont lieu tous les jours devant la gare de Grenoble à 17 heures... peut être aussi plus près de chez vous : renseignez-vous ! Vous pouvez aussi lancer ou rejoindre la lutte dans d'autres villes, dans votre quartier, sur votre lieu de travail... Des caisses de solidarité ont été créées pour soutenir les grévistes.

      Continuer la lutte contre la réforme des retraites : mode d’emploi

      La situation réelle c’est un fonctionnement économique aux mains des nantis que nous avons mis en péril.

      Durant les jours et les semaines qui viennent, il faut continuer à mettre la pression. Rester solidaires. Multiplier les moments où nous nous réapproprions le pouvoir.

       

       

      AG interlutte de Grenoble

       

      RENDEZ-VOUS TOUS LES JOURS A 17H

      DEVANT LA GARE DE GRENOBLE

      POUR PASSER A L'ACTION

       

      TOUS LES JOURS DE 18H A 20H

      PERMANENCES DE L'INTERLUTTES

      A ANTIGONE

       

      ici d'autres infos de l'interluttes que nous relayons sur notre site.

       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

       

      APPEL DES ROMS DU RONDEAU A LA POPULATION GRENOBLOISE

       

      Hier 26 Novembre, après une nuit où a soufflé un vent glacial, notre camp était sous la neige :

       

      Nous sommes 78, désemparés, parqués depuis maintenant 3 mois et 9 jours dans ce camp de misère, sous l'autorité politique de la Communauté d'agglomération grenobloise. Sous l'autorité politique d'une gauche "championne de l'action sociale !".Nombreux sont les nôtres qui ont été contraints de partir fuyant le froid, la faim, la peur que nous réserve ce beau pays qu'on appelle la France. Certains sont partis pour simplement régler quelques situations familiales dramatiques, comptant bien revenir dans les jours suivant, espérant toujours.

      Nous sommes là, parmi vous, nous sommes des habitants de notre agglomération. Nous ne rentrerons pas dans un pays que nous avons fuit, victimes de la discrimination, de la faim, de l'effondrement de nos conditions de vie.

      Ne nous abandonnez pas !

       

      Nous avons le plus grand besoin, immédiatement :

      Bien sûr de l'ouverture d'un lieu pour nous protéger de ce froid, pour pouvoir manger à notre faim (Les autorités politique locales refusent de solliciter les associations humanitaires pour que nous puissions manger à notre faim et ont fait des pressions pour qu'elles cessent de nous fournir directement la nourriture qu'elles avaient commencer à nous donner.), être soignés (Médecins du Monde n'est plus venu sur le camp depuis que nous nous sommes opposés aux tentatives d'expulsions les 19 et 20 Octobre, çà fait plus d'un mois que nous n'avons pas vu un médecin sur le camp !)

       

      Mais dans cette attente insupportable, nous avons besoin :

       

      De bois de chauffage

      De recharges de gaz butane et d'ustensiles pour pouvoir cuisiner dans la salle commune que nous avons construite

      D'un groupe électrogène pour pouvoir faire fonctionner l'installation électrique de notre salle commune

      De nourriture

      De vêtements, de chaussures et de couvertures chauds.

       

      Merci d'avance

       

      Le Camp du Rondeau se situe rue Pierre de Coubertin, à la sortie du Rond Point du Rondeau, juste après la voie ferrée côté Grenoble, à côté du Service de la Circulation de la Ville de Grenoble

       

       

       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

      Copinage

      Une soirée qu'Antigone soutient haut et fort


      Projection du film "Les Princes" de Tony Gatlif en présence du réalisateur.

      Mardi 23 Novembre à 20h à l'Amphi Weill
      sur le Campus Universitaire
      Arrêt de tram Bibliothèques Universitaire lignes B et C
      Entrée Libre

      Le film :
      Premier long métrage de Tony Gatlif (1982) avec Gérard Darmon, Muse Dalbray, Céline Militon, Concha Tavora, Farid Chopel, Anne-Marie Philipe.

      Une cité HLM particulièrement vétuste de la région parisienne. Là vivent des gitans plus ou moins sédentarisés. Nara a répudié sa femme, Miralda, parce qu'elle prenait la pilule. Il vit là avec sa fille et sa vieille mère dans un bâtiment insalubre jusqu'au jour où ils sont expulsés. Ils prennent tous la route, à pied, pour aller voir un avocat des gitans en Belgique,....
      Misère, racisme, combines, larcins, poids de la tradition communautaire, ostracisme, Tony Gatlif, dans son 1° long-métrage qu'il a qualifié de « coup de poing », livre une vision sans complaisance, sans pathos ni romantisme, de la vie des gitans.
      Un film jugé à sa sortie, trop misérabiliste, par une critique peu soucieuse de la réalité de leurs conditions de vies, mais aujourd'hui la réalité est encore plus sombre et plus honteuse qu'en 1982 : conditions sanitaires inhumaines des campements sans eau, sans électricité, sans chauffage, faim, parcage, expulsions, stigmatisation, difficultés de scolarisation des enfants, illettrisme des adultes,....

      Tony Gatlif :
      Né d'un père kabyle et d'une mère gitane, Tony Gatlif, après une enfance à Alger, arrive en France en pleine Guerre d'Algérie. Sa rencontre en 1966 avec Michel Simon, puis son entrée dans le monde du théâtre l'amène à réaliser un premier film en 1975, La Tête en ruine. Depuis Corre Gitano en 1981, il aborde le thème qu'il approfondira de film en film : les Roms du monde entier, dont il est devenu le chantre, mettant en valeur les conditions d'existence de cette communauté en mouvement, la très grande richesse et la grande diversité de sa culture musicale. Latcho Drom (Bonne route), Gajdjo Dilo, Vengo, Swing, Transylvania et dernièrement Liberté, retracent l'épopée et la vitalité de ce peuple transnational (Tziganes, Gitans, Gitanos, Bohémiens, Romanichels, Gypsys, Zigeuner, Yenisches, Manouches, Sinti, Kalés, Romano Chavo,...) qu'est le peuple Rom.

      La soirée du 23 novembre:
      La projection de ce film sera suivie d'un débat avec Tony Gatlif, qui permettra d'aborder toutes les questions concernant la situation desRoms vivant sur notre territoire, les conditions d'existence innommables qu'ils subissent, bafouant les droits humains les plus élémentaires...

      Le contexte local :
      Depuis le fameux
      Discours de Grenoble du 30 Juillet 2010 et, en Août, à Saint-Martin d'Hères et Voiron, les expulsions de plusieurs camps de Roms, menées par les forces de l'ordre d'un État xénophobe qui a ciblé clairement ce peuple dans sa Circulaire du 5 Août, la lutte est menée quotidiennement dans notre agglomération grenobloise et à Voiron.

      A la mi-septembre, un Collectif Solidarité Roms s'est crée. Depuis,il n'a pas cessé d'interpeller les Collectivités Territoriales (Métro, Conseil Général, Municipalités), le Préfet de l'Isère, représentant de l'État, de dénoncer les charters de retours forcés et la pression au retour « volontaire », participant aux 9 manifestations qui ont émaillé l'automne social grenoblois, aux côtés de dizaines de milliers de personnes, organisant concert de soutien et projections de films, avec l'appui de structures culturelles locales; actions de résistance aux tentatives d'expulsions et enfin, construction avec les Roms eux-mêmes d'une salle commune de 50M² sur le Camp officiel du Rondeau (où avaient été parqués les Roms expulsés du Camp Ikea de Saint Martin d'Hères), et occupation, depuis presque un mois, d'un bâtiment vacant, propriété du Conseil Général de l'Isère, le Collectif Solidarité Roms, menant des actions à Voiron, Fontaine, La Tronche, Saint Martin le Vinoux et bien sûr Grenoble, ne lâche pas prise.

      Même si les médias nationaux à cette l'heure n'ont pratiquement pas répercuté et relaté cette lutte exemplaire, la presse locale (radio, papier, télé) l'a largement fait, contribuant aussi à la mobilisation et à la solidarité d'une part croissante des individus et des associations de notre région.

       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

      L’heure n’est pas à la résignation !

      Appel de la rencontre nationale de Tours du 6 novembre 2010

       

      Le 6 novembre à Tours se sont réuni-e-s les délégué-e-s mandaté-e-s ou observateurs/trices de 25 Assemblées Générales (AG) interprofessionnelles, AG de lutte, intersyndicales ouvertes à des non-syndiqué-e-s, collectifs, coordinations intersecteurs, etc..., de Laval, Le Havre, Angers, Béziers, Saint Etienne, Roanne, Chambéry, Nantes, Angoulême, Cognac, Bayonne, Chinon, Nîmes, Tours, Saint Denis, Rouen, Champigny, Paris-Est, Paris-Centre, Paris Ve/XIIIe, Paris XXe, Vannes, Lille, Grenoble et Nancy (sont excusées les villes de Aubenas, Agen, Brest, Rennes, Montpellier et Sarlat).

       

      Les travailleur/se-s du public et du privé, les chômeur/se-s, les retraité-e-s, les lycéen-ne-s et les étudiant-e-s se sont mobilisé-e-s massivement par la grève, la manifestation et les actions de blocage pour le retrait de la réforme des retraites, avec le soutien de la majorité de la population. Pourtant, le pouvoir n’a répondu que par le mépris, la désinformation, la répression, l’atteinte au droit de grève, et il décide de passer en force.

       

      La lutte contre la réforme des retraites arrive à un moment charnière. Alors que le gouvernement et la plupart des médias nous annoncent depuis des semaines la fin de la mobilisation, des actions de blocage et de solidarité sont menées dans tout le pays et les manifestations sont encore massives. Cette loi doit être abrogée. Nous refusons l’enterrement du mouvement après le vote de la loi.

      La stratégie de l’intersyndicale a été un échec pour les travailleur/se-s. Mais l’heure n’est pas à la résignation : nous sommes résolu-e-s à continuer le combat. Dans de nombreuses localités, celles et ceux qui luttent, syndiqué-e-s de diverses organisations et non-syndiqué-e-s, se sont retrouvé-e-s dans des Assemblés générales et des collectifs pour réfléchir et agir ensemble : informer, soutenir les secteurs en lutte, étendre la grève reconductible, organiser des actions de blocage. Nous voulons que cette dynamique de l’auto-organisation et de l’action commune se pérennise, s’amplifie et se coordonne.

      Ce mouvement s’inscrit dans une perspective plus large pour donner un coup d’arrêt à la politique du gouvernement et du patronat, qui préparent de nouvelles attaques, notamment sur l’assurance maladie. Nous restons convaincu-e-s que le seul moyen de gagner contre le gouvernement est le blocage de l’économie et la grève générale.

      Nous appelons à faire front contre la répression qui frappe de plus en plus brutalement celles et ceux qui participent au mouvement social.

      Nous avons tenu cette réunion nationale pour commencer à discuter entre nous, à nous coordonner et à mener des actions communes.

      Nous appelons celles et ceux qui luttent à se réunir en Assemblées générales s’il n’y en a pas encore dans leur localité.

      Nous appelons toutes les AG interprofessionnelles, AG de luttes, intersyndicales étendues aux non-syndiqué-e-s, etc., à participer à la prochaine rencontre nationale à Nantes le samedi 27 novembre 2010, en envoyant des délégué-e-s mandaté-e-s.

      Nous invitons les organisations syndicales à envoyer des observateur/trice-s à cette rencontre.

      Nous appelons aux actions suivantes, venant renforcer les actions de toute nature qui se déroulent quotidiennement :

      - une action symbolique le 11 novembre à 11h pour l’abrogation du projet de loi et en hommage aux morts au travail avant la retraite ;

      - une journée d’action de blocage économique le 15 novembre, pour laquelle nous appelons au soutien international ;

      - une action symbolique consistant à brûler le texte de loi le jour de sa promulgation.

       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

      Compte rendu de l’Assemblée générale du 12 octobre – Bourse du travail

      ORDRE DU JOUR

      1. Point informations internationales/nationales/locales

      2. Actions

      3. Tract d’appel

       

      1. INFOS

      International : je reprends le mail envoyé par f puisque c’est ce qui a été dit en AG

      Portugal
      --------------
      La CGTP, principale confédération syndicale portugaise, a lancé vendredi
      un appel à la grève générale pour le 24 novembre contre les nouvelles
      mesures d'austérité budgétaire annoncées cette semaine par le
      gouvernement socialiste, a-t-on appris auprès de sa direction.

      Espagne
      -------------
      L'Espagne en grève générale contre les mesures d'austérité
      Les Espagnols reprochent au gouvernement de Zapatero d'avoir tardé à
      réagir face à l'explosion du chômage.

      Allemagne
      ---------------
      Les salariés allemands de la sidérurgie vont percevoir des salaires en
      hausse de 3,6% selon les termes d'un accord conclu dans la nuit entre
      les employeurs de la branche et le syndicat IG Metall, a annoncé ce
      dernier jeudi.

      L'accord trouvé lors d'une troisième série de négociations et après des
      grèves d'avertissement la semaine dernière entrera en vigueur vendredi,
      et courra jusqu'au 31 octobre 2011. Outre une hausse de salaires
      linéaire, il prévoit une prime forfaitaire de 150 euros par salarié au
      titre du mois de septembre 2010,

      Islande
      -------------
      Cela fait maintenant plus d’un an et demi que le gouvernement de
      coalition sociaux démocrate – écologistes est au pouvoir, en ménageant
      la chèvre et le chou. D’un côté une crise sociale sans précédent dans
      l’histoire de ce petit pays de 300000 habitants, de l’autre la danse
      morbide du FMI, des institutions financières et des banques qui
      réclament l’argent dilapidé par les établissements islandais lors de la
      crise d’octobre 2008.
      http://lille.indymedia.org/article23707.html

      Grèce
      -----------
      Grèce: nouvelle grève des fonctionnaires contre les mesures d'austérité
      http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/monde/20101007.FAP9143/grece-nouvelle-greve-des-fonctionnaires-contre-les-mesures-d-austerite.html

      Roumanie
      --------------
      "Les syndicats réclament dans la rue la faillite de l'Etat" : ainsi
      România libera résume en une les enjeux de la mobilisation générale
      entamée le 20 septembre.
      http://www.presseurop.eu/fr/content/news-brief-cover/341961-la-rue-contre-la-rigueur

      National

      Ports et docks
      ------------------
      Les ports français, à l'image de Marseille, perturbé depuis plusieurs
      jours par des mouvements sociaux sur ses différents terminaux, étaient
      en grande partie bloqués samedi, en raison de la journée d'action de la
      CGT pour réclamer une cessation anticipée d'activité au titre de la
      pénibilité.
      http://www.lepoint.fr/societe/les-ports-francais-en-grande-partie-bloques-par-la-greve-09-10-2010-1247170_23.php

      Transports
      ------------------
      Réunis mercredi après-midi, les quatre principaux syndicats de la SNCF
      (CGT, UNSA, SUD-Rail, Fgaac-CFDT) ont annoncé le dépôt d'un préavis de
      grève reconductible à partir du 12 octobre pour la défense des
      retraites. Trois syndicats – FO, CFTC, CFE-CGC – avaient déjà annoncé le
      dépôt d'un préavis de grève reconductible.

      Lundi, le syndicat CGT de la RATP, le premier de l'entreprise publique,
      a déposé un préavis de grève illimitée.
      FO et SUD prônent la même chose. La CFDT a déposé mercredi un préavis de
      grève reconductible à partir du 12 octobre.
      http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/10/06/les-greves-reconductibles-secteur-par-secteur_1420908_3224.html#ens_id=1305816

      Air France. Les syndicats de la compagnie aérienne ont appelé jeudi à
      une grève de vingt-quatre heures le 12 octobre. Le préavis de grève à
      Air France court de minuit lundi 11 octobre à minuit mardi 12 octobre.
      Dans un communiqué distinct, la CGT dit réfléchir "dès à présent" à
      appeler les salariés à une grève reconductible, comme l'ont fait les
      syndicats de la SNCF et de la RATP.

      le cas UNSA RATP
      ----------------------
      L'Unsa des conducteurs RATP n'appelle pas à la grève le 12 octobre
      "Nous étions prêts à déposer un préavis illimité mardi soir mais nous
      avons consulté nos adhérents et ce qu'il en ressort, c'est qu'ils ne
      sont pas convaincus, donc on en reste là", a déclaré à l'AFP Thierry
      Babec, secrétaire général Unsa-RATP.
      "Les journées de 24 heures à répétition ont usé nos troupes, maintenant
      la grève par procuration y'en a marre", a-t-il commenté.
      http://www.lalsace.fr/fr/article/3927946/L-Unsa-des-conducteurs-RATP-n-appelle-pas-a-la-greve-le-12-octobre.html

      Routiers
      --------------
      La CGT Transport est décidée à mobiliser toutes ses branches pour la
      journée d'action du 12 octobre et même au-delà. Dans le transport
      routier, elle évoque la possibilité "d'actions ciblées".
      "Les salariés du Transport Routier Marchandises sont aussi prêts à se
      mobiliser à partir du 12 octobre 2010", annonce-t-elle. Une des raisons
      de la colère ? La "suppression" des congés de fin d'activité dans le
      transport routier et auxiliaires de transports, qui "est programmée
      pour 2012 après les présidentielles", constate le syndicat.
      http://www.flash-transport.com/news/social/1426493/1454804/Menace_d_une_greve_des_routiers_le_12_octobre?isLogged=false

      Secteur pétrolier
      ---------------------
      Au douzième jour de grève des agents des terminaux pétroliers de
      Fos-Lavera, la menace d'une pénurie de carburants en France se précise.
      A Donges (44), la raffinerie qui alimente tout le grand Ouest, une
      assemblée générale réunie hier a voté le principe de la grève à compter
      de mardi. En prévision d'une pénurie de carburants, les camions citernes
      sont autorisés à circuler demain et dimanche 17 octobre
      Quatre raffineries risquent de s'arrêter faute de brut. «La situation
      est très préoccupante», a confirmé hier soir le président de l'Union
      française des industries pétrolières (Ufip), Jean-Louis Schilansky.
      Selon lui, «on pourrait avoir des problèmes d'approvisionnement»en
      carburants dans le Sud-Est «vers le 20 octobre».
      http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/france/greve-des-raffineries-au-tour-de-donges-a-partir-de-mardi-09-10-2010-1076349.php

      L'Union française des industries pétrolières estime que la poursuite du
      mouvement de grève pourrait entraîner des ruptures d'approvisionnement
      dans les stations-services en France d'ici une à deux semaines. De leurs
      côtés, armateurs et commerçants annoncent un lourd impact économique.
      http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2010/10/09/04016-20101009ARTFIG00382-port-de-marseille-la-crainte-d-une-penurie-s-accentue.php

      La Fédération nationale des industries chimiques CGT (FNIC-CGT) a
      annoncé mercredi qu'elle appelait à la grève reconductible à partir de
      mardi.

      Energie
      -----------
      La fédération CGT de l'énergie, premier syndicat du secteur, va déposer
      un préavis de grève illimitée à partir du 12 octobre dans les 140
      entreprises électriques et gazières (dont EDF et GDF Suez) pour la
      défense des retraites, a-t-elle annoncé mercredi dans un communiqué.
      "Ce préavis de grève a pour objectif de permettre aux salariés d'élargir
      et d'amplifier le rapport de forces suite à l'action unitaire du 12
      octobre 2010", a déclaré la CGT-Energie, dans son communiqué.
      http://www.lepoint.fr/societe/retraites-la-cgt-energie-annonce-un-preavis-de-greve-illimitee-a-partir-du-12-octobre-06-10-2010-1245717_23.php

      Poste et France Télécom
      ---------------------------
      "Sud-PTT a déposé des préavis de grève illimités dans les entreprises de
      La Poste et de France Télécom et appelle l'ensemble des salariés des
      entreprises du secteur postal et du secteur des télécommunications à un
      mouvement de grève reconductible", a déclaré l'organisation syndicale
      dans un communiqué.
      http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/societe/20101007.FAP9157/retraites-sud-appelle-a-la-greve-reconductible-a-la-poste-et-france-telecom.html

      Chimie
      ----------
      La fédération CGT de la chimie, la Fnic-CGT, appelle jeudi à la grève
      reconductible à partir du 12 octobre contre la réforme des retraites,
      indique un communiqué. Les salariés du secteur pétrolier dépendent de
      cette fédération. "Rien ne justifie cette réforme, sauf la volonté de
      préserver les intérêts financiers du patronat et de la finance", peut-on
      lire dans le communiqué. "La grève reconductible décidée en assemblée
      générale par les salariés et organisée dans une multitude de secteurs
      professionnels. C'est le moyen de franchir un pas vers la victoire",
      ajoute le texte.
      http://www.lejdd.fr/Societe/Social/Depeches/CGT-Chimie-Appel-a-la-greve-reconductible-225324/

      Lycéens
      -----------
      Une mobilisation via les réseaux sociaux, mais sans mot d'ordre national
      de leurs organisations et, la plupart du temps, sans banderoles, ni
      slogans.
      http://info.france2.fr/france/des-milliers-de-lyceens-se-sont-mobilises-65254521.html

      Un peu partout en France, une cinquantaine de lycées de sont mobilisés,
      selon l'UNL. D'après le ministère, 116 établissements ont été perturbés.
      Soit «moins de 3%» du total, minimise le ministère. Six ont été bloqués.
      Tour d'horizon dans la presse en ligne régionale
      «Les lycéens étaient peu présent dans les premières manifs parce que
      c'est difficile de se mobiliser en pleine rentrée, mais là, ça
      s'organise. Les jeunes comprennent que c'est maintenant qu'il faut se
      bouger. A court terme, pour avoir un emploi avant 30 ans, et à long
      terme pour avoir une retraite décente», plaide Juliane Charton,
      trésorière de l'Union nationale lycéenne (UNL).
      http://www.liberation.fr/societe/01012294873-retraites-la-mobilisation-eparse-des-lyceens


      Audiovisuel
      ---------------
      Les syndicats CGT, FO et CFTC de France Télévisions ont déposé mercredi
      leur préavis de grève reconductible à partir de mardi prochain.

      Fonction publique
      ---------------------
      L’Union générale des fédérations de fonctionnaires-CGT (UGFF-CGT) a
      annoncé jeudi le dépôt d’un préavis de grève couvrant la période du 12
      au 18 octobre inclus contre la réforme des retraites. La CGT a également
      déposé un préavis couvrant l’ensemble des services publics jusqu’à la
      fin du mois.
      De son côté, la Fédération CGT des Services publics a indiqué dans un
      communiqué avoir déposé un préavis de grève couvrant la période du 12 au
      30 octobre.

      Education
      --------------
      La FSU appelle tous les personnels à débattre des modalités unitaires et
      massives de poursuite de l’action, en envisageant toutes les
      possibilités, avec l’objectif d’étendre et généraliser les grèves et
      manifestations après le 12 octobre afin de faire reculer le
      gouvernement.
      http://www.7septembre2010.fr/post/2010/10/09/La-puissante-FSU-bascule-pour-la-poursuite-de-la-gr%C3%A8ve-le-13-octobre

      Equipement
      ---------------
      Les sept premières fédérations de fonctionnaires de l'équipement (CGT,
      CFDT, FO, UNSA, Solidaires, CFTC et FSU) ont annoncé jeudi dans un
      communiqué commun avoir déposé "un préavis de grève reconductible pour
      toutes les journées d'octobre". Cette grève vise à remettre en cause la
      décision gouvernementale de gel des salaires pour 2011, qui se
      traduirait par "8 % de perte de pouvoir d'achat supplémentaire d'ici
      2013", s'il était poursuivi.
      http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/10/06/les-greves-reconductibles-secteur-par-secteur_1420908_3224.html#ens_id=1305816

      Pour en savoir plus : www.7septembre2010.fr

       

      Local :

       

      -SNCF : 57% de grévistes en Isère depuis 20h hier soir, la grève est reconductible quotidiennement.

      -Impôts-Trésor : 50% de grévistes, un appel à la grève reconductible a été lancé par la CGT, Solidaires.

      -Etudiants : il y a des AG sur le campus.

      -Poste : FO et Sud appellent à la grève générale, la mobilisation a du mal à se mettre en place.

      -Automobile : une action a eu lieu au mondial de l’automobile mais a été réprimée, le secteur ouvre à tou-te-s ses AG à la bourse du travail (à côté de Grand Place).

      -Education secondaire : assez peu de mobilisation, pas d’appel à la grève reconductible mais des propositions d’action (fermeture de collèges…) en soutien aux grévistes.

      -Education primaire : peu de mobilisation.

       

      2. ACTIONS

      Les prochains Rendez-vous :

      Mercredi 13 octobre

      • à 11h30 – AG des cheminots ouverte à tou-te-s – au terminus du tram B dir cité internationale, au bout d’europole. Ce rdv est valable tous les jours à partir de mercredi.
      • à 12h – AG des étudiants sur le campus – amphi DAST à l’Université Joseph Fourier, arrêt de tram Gabriel Fauré.
      • à 14h – Rassemblement de grévistes devant le rectorat de Grenoble.
      • à 17h – prochaine AG de résistance au hold-up des retraites de Grenoble – sur le parvis de la gare, centre ville.
      • à 20h – Réunion en soutien au lycée Mounier – 163 cours Berriat.

       

      Jeudi 14 octobre

      • à 9H30 – AG des grévistes de la mairie de Grenoble ouverte à tou-te-s – à la mairie.
      • à 10h devant le Medef (près du croisement crs Jean Jaurès/bd Joseph Vallier) sur appel de la métallurgie.

      Les propositions d’action à débattre et acter en AG demain 17h

      • Sittings festifs et informatifs en dehors des jours de manif pour permettre aux non-grévistes de participer + à cette occasion inciter les gens à verser de l’argent dans une caisse de grève
      • Blocages de la circulation routière
      • Opérations « escargot » tous les jours vers 18h, en vélo ou à pieds, pour circuler en ville et faire un peu de bruit, un peu d’information, de la diff
      • Opérations péage gratuit avec diff de tracts, appel aux manifs, caisse de grève à remplir
      • Aller faire de la diff à pôle emploi, la caf, les zones industrielles de crolles et st martin dhères entre midi et deux
      • Soutenir la grève reconductible qui se déroule à la raffinerie de Donges (44) en puisant dans la caisse de grève/en se mobilisant pour réunir des fonds

       

      3. TRACT D’APPEL

      Un tract a été proposé, amendé et acté, il sera posté sur la liste une fois les modifications effectuées.

       

      4. AUTRES POINTS ABORDES EN VRAC

      Création d’une commission en charge de la caisse de grève.

      Position politique de l’AG.

      Avant d’aller faire des actions, expliquer aux participants comment réagir face à la police en cas de problème (que les « anciens » fassent partager leur expérience de lutte aux nouveaux militants).

      Contacts avec les médias, comment se faire entendre.

       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

       

      Dimanche 17 OCTOBRE 2010

      à 11 h

      Rassemblement à Grenoble place Edmond Arnaud (quartier Très-Cloîtres)

      Nous défilerons ensuite vers la passerelle St Laurent où nous nous recueillerons et jetterons

      UNE FLEUR DANS L’ISÈRE

      à la mémoire des manifestants algériens

      massacrés le 17 Octobre 1961 à Paris

      Le 17 octobre 1961, des dizaines de milliers de travailleurs algériens et leurs familles ont manifesté à Paris pour le droit à l’indépendance de l'Algérie, pour leur droit à l’égalité et à la dignité, contre le couvre-feu raciste qui leur était imposé.

      Ce jour-là et les jours suivants, plusieurs centaines d’entre eux furent massacrés, jetés dans la Seine ou gravement blessés par des policiers déchaînés sous les ordres du préfet de Paris Maurice Papon (il fut condamné en 1998 pour complicité de crime contre l'humanité pour des actes commis entre 1942 et 1944).

      Nous devons maintenir cette mémoire vivante pour éclairer notre présent. Car le combat est loin d'être fini...

      Des cérémonies en hommage aux activistes de l'OAS sont célébrées avec le soutien du plus haut niveau de l'Etat. Cet été, le discours dit « de Grenoble » du président de la République a stigmatisé les étrangers, semé le soupçon sur les Français d'origine étrangère, procédé à des expulsions massives de Roms.

      Tout cela réveille d'étranges échos qu'on pensait éteints. Tout cela est lourd de dangers pour la démocratie.

      Il est nécessaire de combattre avec une grande détermination ceux qui soufflent sur les braises du sentiment colonial, de la xénophobie, du racisme. Dans l'intérêt des peuples français et algérien, il est temps que le gouvernement français reconnaisse les crimes commis pendant la colonisation.

      Manifestons pour :

      ü exiger de l'État français de reconnaître officiellement sa responsabilité dans les massacres liés à la colonisation;

      ü réclamer l'ouverture des archives de la Guerre d'Algérie et de la colonisation aux chercheurs français et étrangers, sans restrictions ni exclusives;

      ü protester contre les complaisances vis à vis de l'OAS et des nostalgiques de l'ordre colonial;

      ü demander la suppression du ministère de l'immigration et de l'identité nationale;

      ü Affirmer le droit des migrants à vivre en France dans la dignité et sans subir de discriminations.

      ü Refuser les discours xénophobes, racistes, colonialistes

       

       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

       

      Mardi 12 octobre, grève reconductible actée en Assemblée Générale de salarié.es dans les raffineries, à la SNCF, dans les transports urbains (RATP, RTM, bus de plusieurs villes…), dans des services de plusieurs ministères (Culture, Finances,…), dans de nombreuses collectivités territoriales, à l’Education Nationale, dans les terminaux méthaniers des ports, dans des centrales nucléaires, dans la distribution électrique et gazière de plusieurs villes, dans plusieurs services de La Poste, etc.

       

      POUR LE RETRAIT DE LA REFORME DES RETRAITES !

      POUR LA GREVE RECONDUCTIBLE A PARTIR DU 12 OCTOBRE !

      AGISSONS POUR BLOQUER L’ECONOMIE !

      Les 7 et 23 septembre, le samedi 2 octobre, des millions de personnes se sont mises en grève, se sont mobilisées et ont manifesté dans toute la France pour exiger le retrait du projet de réforme des retraites.
      Le gouvernement, par son mépris, nous fait comprendre de plus en plus clairement que nos manifestations ne suffisent pas à le faire plier. Le dernier choix qu’il nous reste est celui du durcissement de la grève et du blocage du pays. En 95, pour défendre la Sécu, comme en 2006 contre le CPE, c’est par ces moyens que nous avons obtenu satisfaction alors même que ces lois antisociales avaient été votées. Aujourd’hui face à la morgue de nos dirigeants économiques et politiques, il est de notre responsabilité de franchir le cap. A Grenoble comme partout dans le pays, des sections syndicales, des coordinations de syndicats ou des assemblées générales de grévistes mais aussi de jeunes, de femmes, de retraité.es, de chômeurs.euses, de précaires préparent, lancent et organisent la reconduction de la grève.


      Il est temps de mettre en oeuvre le blocage du pays par des actions et la reconduction de la grève !

      Du plus jeune à la plus ancienne retraitée, réunissons-nous partout sur nos lieux de travail, dans nos quartiers, dans nos facs et lycées en Assemblée Générale pour décider ensemble et nous organiser !

       

      MOBILISONS-NOUS TOUS ET TOUTES

      DANS L’ACTION ET LA GREVE !


      Signataires : Les grévistes, les jeunes, les femmes, les retraité.es, les chômeurs.euses, les précaires réuni.es en Assemblée Générale de l’agglomération grenobloise le mardi 12 octobre 2010.

       

      RENDEZ-VOUS TOUS LES JOURS A 17H

      DEVANT LA GARE DE GRENOBLE

      POUR PASSER A L'ACTION

      ET TOUS LES JEUDIS A 10H DEVANT LE MEDEF

      (croisement cours Jean Jaures / bd Joseph Vallier)

       

      TOUS LES JOURS DE 18H A 20H

      PERMANENCES DE L'INTERLUTTES

      A ANTIGONE


      Fichiers joints:
      Télécharger ce fichier (tract interluttes 12 octobre 2010.pdf)Tract interluttes mardi 12 octobre 2010[ ]147 Kb17/10/2010 14:03
       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

      Septembre 2010


      Grenoble fourni sa part aux expulsions de Roms,


      les chiffres de Besson et Hortefeux sont à la hausse


      Aujourd'hui, mardi 21 septembre 2010 entre 9 et 11h, l'agglomération grenobloise a été le théâtre d'un départ d'environ 60 à 70 Roms qui seront mis aujourd'hui, à Satolas, dans un charter pour la Roumanie. Ce départ s'est effectué en présence d'une équipe de France 3 Grenoble et d'un journaliste de Radio Bleu Isère que nous avions alertés, de deux personnes du CCAS, d'un médecin de Médecins du Monde et de quelques personnes vigilantes sur la situation des Roms à Grenoble. Il est à craindre que le charter partant de Satolas ait été complété par d'autres expulsions effectuées dans les départements de Rhône Alpes.

      Le camp de Roms du Rondeau où ont été parqués depuis début Août ceux venant des différents camps illégaux démantelés au cours de l'été, en particulier à Saint-Martin d'Hères, rassemble des gens qui sont des situations différentes (ils ont été au maximum 130/140 dont de nombreux enfants) :

      Ceux qui sont là depuis moins de 3 mois et qui ne peuvent, ni être expulsés, ni « bénéficier » de la sordide aide au retour volontaire.
      Ceux qui ont été amené à « choisir cette demande de retour volontaire » vu les conditions indignes et de plus en plus précaires de vie qu'ils subissent.
      Ceux qui ont fait une demande d'asile et qui soit l'ont déjà vue être rejetée (avec des dates différentes et sachant qu'ils ont un mois de délai pour contester ce rejet) ou qui attendent une réponse.
      Enfin ceux à qui une Obligation de Quitter le Territoire Français (OQTF) a été transmise.

      Ce matin vers 10h un car Perraud affrété par l'État Français (via l'OFII - Office Français de l’Immigration et de l’Intégration) est venu cherché sur le camp du Rondeau une cinquantaine de Roms qui tous avaient « choisi » de retourner en Roumanie. Puis est allé rejoindre un deuxième car Perraud devant le siège de l'OFII, dans lequel sont montés plusieurs famille dont des Roms qui vivaient dans le camp de Saint-Martin le Vinoux. Le tout s'est fait sans violence (hier le Secours Catholique avait été assuré qu'ils ne seraient pas menottés, et l'on peut s'interroger sur la raison d'une telle question, si c'étaient des retours « volontaires »), ils avaient même mis leurs plus beaux habits. Mais la plupart des Roms interrogés assuraient n'avoir d'autre perspective que celle de revenir en France au plus tôt, vu leur situation là-bas (logement, travail, scolarisation des enfants).

      Retour volontaire nous disions !

      En regroupant ces personnes au Rondeau, les Institutions locales et leurs satellites « sociaux », ont transformé l'aire d'accueil des gens du voyage en un camp de parcage, de fait. En réclamant aujourd'hui la restitution du camp à sa vocation d'aire d'accueil (en donnant des dates, d'abord le 10 septembre, puis le 20, et maintenant laquelle ?) La Metro donne de fait un blanc seing pour qu'une intervention de l'État (forces de l'ordre, OFII) ait lieu pour liquider la situation, de fait. Le convoi de ce matin en est la 1° illustration partielle en douceur. Si nous n'avions pas alerté la presse elle se serait passée dans le silence le plus complet.

      Maintenant, il reste encore sur le camp du Rondeau entre 40 et 50 personnes complètement démunis et à la merci des quelques structures sociales qui s'y manifestent (Médecins du Monde, Secours Catholique, CCAS,,...). Ils vivent dans de petites tentes, avec simplement 2 robinets d'eau au ras du sol et quelques toilettes de chantiers. Aucun éclairage le soir, ni électricité. Le froid arrive, il pleut parfois et chaque soir la rosée est forte humidifiant toutes leurs affaires.

      Il y a par ailleurs encore de nombreux camps disséminés dans l'agglomération, à la Tronche vers Décathlon, à Saint Martin le Vinoux au pied de la Casamaures, sur les berges de l'Isère à Jean Macé,...ainsi qu'autour de Voiron. Toutes ces personnes vivent dans la peur, le froid, la faim, la boue.

      Nous ne pouvons tolérer cette situation.

      Nous ne pouvons tolérer que des ouvriers des compagnies de transport soient contraints à effectuer cette sale besogne au nom de l'État Français qui affirmait ce matin que c'était un car privé, afin d'en interdire l'accès aux simples témoins de cette honte.

      Nous ne pouvons tolérer que nos frères et sœurs Roms d'Europe soient tellement perdus, abandonnés, désespérés, qu'ils soient contraints à ce dilemme du « choix au retour volontaire » vu la situation dégradante, stigmatisante qu'ils subissent ici.

      Nous ne pouvons tolérer que la population de l'agglomération grenobloise soit complice par défaut d'information, par le louvoiement des élus, de la politique, qui sans être nouvelle, a pris un tour, depuis le Discours de Grenoble, plus volontariste de stigmatisation, ici, d'une population en détresse à travers toute l'Europe.

      Nous ne pouvons tolérer que cette politique se poursuive alors que diverses plaintes judiciaires ont été déposées en France et en Europe (GISTI,LDH, Union Romani,...).

      Nous ne pouvons tolérer que la crise que nous subissons tous, devienne sous les coups de boutoir d'une politique de la tension attisant le racisme, la xénophobie, la haine, l'occasion d'affrontements barbares entres les pauvres eux-mêmes.

       

      Le lien actuel sur Indymedia : http://grenoble.indymedia.org/2010-09-21-Grenoble-fourni-sa-part-aux

       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

      RETRAITES - SEPTEMBRE 2010

      CONSTRUIRE ENSEMBLE UN MOUVEMENT DE GREVE GENERALE

      Tract de l'assemblée générale réunie à Grenoble le 27 septembre 2010

       


      Fichiers joints:
      Télécharger ce fichier (Tract Retraites AG Grenoble 27 septembre 2010.pdf)Tract Retraites AG Grenoble 27 septembre 2010[ ]171 Kb01/10/2010 23:14
       

      Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

      Liberté pour Jean-Marc Rouillan

      Liberté pour Georges Cipriani

       

      La solidarité est une de nos armes, la parole aussi ! Il y a un an, la justice d’État renvoyait Jean-Marc Rouillan en prison. Sorti le 17 décembre 2007 en semi-liberté, il travaillait la journée chez Agone, éditeur de la plupart de ses manuscrits, et rentrait le soir aux Baumettes dans l’espace réservé aux semi-enfermés – exercice improbable, mais accompli, d’une transformation quotidienne d’un homme dit « libre » en prisonnier. Militant d’Action Directe, arrêté le 21 février 1987, il avait passé près de 21 ans en prison. Dix mois après cette sortie panachée, il accorde une interview à un jeune journaliste qui lui pose la rituelle question des regrets des actions passées. Il répond : « Je n’ai pas le droit d’en parler, mais... », une réponse quand même ! Pour la justice, il a dérogé aux impératifs de la semi-liberté : NE PAS PARLER des événements qui l’ont mené à être jugé et condamné. Et hop, retour à la case départ ! Ce drôle de jeu de l’oie amuse les médias qui s’emparent de l’affaire, rendant sensationnel cet article qui aurait pu passer inaperçu. En mars 2008, les médecins découvrent chez Jean-Marc une maladie auto-immune évolutive et orpheline, dite de « Chester-Erdheim ». Toutes les médications envisageables sont expérimentales, donc inapplicables en prison – les prisonniers ne sont heureusement pas des rats de laboratoire. Après son passage à l’hôpital, la pénitentiaire décide de ne pas tenir compte de la pathologie. Jean-Marc a pourtant donné son accord pour des soins expérimentaux appliqués par des spécialistes, qui sont prêts à le recevoir. Que fait Jean-Marc Rouillan en maison d’arrêt depuis un an, sans surveillance médicale adaptée, après avoir été dix mois en semi-liberté sans un seul incident notable, hors ces quelques paroles jetées sur une page de journal ? L’État français a-t-il besoin de l’image du terroriste emprisonné pour détourner l’attention de la crise économique ou pour faire peur aux éventuels insurrectionnels en herbe ? A-t-il besoin de rappeler à ceux qui l’auraient oublié que la prison, à court, moyen ou long terme, est une fabrique de mort ?

       

      Le 21 novembre 2009 à Marseille, les camarades et groupes de défense et de soutien aux militants d’Action Directe emprisonnés, et tous ceux qui voudront répondre à cet appel, se réuniront autour du thème « Histoire sans parole »  Café Equitable est au 54 Cours Julien. Rejoignez-nous !

       

      Liberté pour Jean-Marc Rouillan Liberté pour Georges Cipriani, toujours en prison, la cour d’appel ayant infirmé la décision de semi-liberté rendue par le tribunal antiterroriste d’application des peines. La solidarité est une de nos armes... la parole aussi ! Défense Active, 80, rue de Ménilmontant, 75020 Paris - Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.