Antigone


contre la pense unique

Consultez ici les vidéos des conférences en ligne

 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

Le village alternatif de l'après manif' du 1er mai, initié par "l'inter-luttes", a été un succés. Nombreux ont été les groupes et collectifs qui nous y ont rejoint. Les rencontres et les discussions qui y ont eu lieu sont une étape de plus vers la convergence des luttes dans notre chère cuvette grenobloise !
Ci dessous le tract diffusé par Antigone lors du 1er mai
Grève générale !

Assez des grèves d'un jour !
Les principaux syndicats passent l'essentiel de
leur temps à négocier notre exploitation.
Le combat syndical qu'ils nous proposent : manif’
un dimanche par mois avec merguez à l’arrivée,
nous n'en voulons pas ! Nous ne voulons pas non
plus d'un 1er mai prétendument revendicatif.
Est-ce cela qui va faire plier l'Etat et les patrons?

Le 1er mai, ça rappelle les morts d'ouvriers à Chicago en mai 1886 :
ils se battaient pour la journée de 8 heures.
Pouvons-nous accepter la tournure prise par la commémoration de cette journée ?
Il est important de rappeler que les grands droits sociaux n'ont pas été conquis
dans l'action légale et encadrée mais bien par les actions directes
et le combat décidés par les travailleurs eux-mêmes.
Qui peut croire que nous allons faire monter la pression
au niveau de l'Etat et du patronat en faisant « grève » un jour férié ?
En Guadeloupe, comme partout dans le monde, l'expérience a montré que
quelques jours de grève générale suffisent à perturber l'économie
pour que nos revendications soient prises au sérieux.
Des entreprises privées aux services publics, c'est la même logique.
Les patrons et l'Etat nous utilisent, nous rendent précaires,
nous contrôlent, nous empêchent de nous organiser.

Ce que les grands syndicats ne font pas, à nous de le faire par nous-mêmes.
Osons franchir le pas !

Grève générale et durable !

Solidarité ! Entraide ! Ne restez pas isolé-es, rejoignez-nous.
Convergence des luttes grenobloises :
assemblée tous les mardis à 18h30 au jardin de ville.