Antigone


contre la pense unique

Consultez ici les vidéos des conférences en ligne

 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Envoyer

Festival_de_geopolitique-21e2d
Antigone est signataire du texte ci-dessous

proposé par des militant-es no Border de Grenoble

FESTIVAL DE GÉOPOLITIQUE DE GEM
QUEL REGARD SUR LES FRONTIÈRES ?




Cette année, le festival de géopolitique de Grenoble a pour thème « A quoi servent les frontières ? ». Ce festival est coorganisé par Grenoble École de Management (GEM), les Presses Universitaires de France (PUF) et la revue de géopolitique Conflits. L'un de ses initiateurs est Pascal Gauchon, qui dirige la collection Major aux PUF et est fondateur de Conflits. Mais ça n'est pas tout : il est aussi un ancien militant politique d'extrême droite, membre de groupes néofascistes (Ordre nouveau, Parti des forces nouvelles...). Aujourd'hui, il intervient régulièrement sur Radio Courtoisie (radio nationaliste) et des sites web marqués très à droite. Ses livres sont régulièrement salués par divers mouvements d'extrême-droite, et on trouve parmi ses proches d'autres figures intellectuelles de ces mouvements (Chauprade, Conrad...).

Autant que la personnalité de son organisateur, le pedigree d'un certain nombre d'intervenants nous inquiète dans un festival amené à traiter de la question des frontières, alors même que le nationalisme et la xénophobie font leur retour en force dans toute l'Europe. En effet, on trouve parmi eux de nombreux intellectuels nationalistes et ultralibéraux, ainsi que des personnes dont le métier est l'administration des frontières. Quels discours ces intervenants vont-ils tenir sur ce thème ? Ne vont-ils pas vanter l'utilité des frontières et justifier leur militarisation croissante et la gestion sécuritaire des territoires, ainsi que le bien fondé des politiques migratoires qui entraînent des milliers de morts dramatiques chaque année (4000 en Europe en 2014) ?

Même si d'autres intervenants tiendront bien entendu des discours différents, il nous semble déjà inacceptable qu'un festival organisé par un établissement d'enseignement supérieur puisse servir de tribune à des idées d'extrême-droite. Nous craignons que la présence d'intervenants de divers courants de pensée ne soit pour certains qu'une façon de respectabiliser des idées fascisantes.

Au contraire, nous souhaitons dénoncer l'inflation et la militarisation accélérée des frontières. Rappeler qu'elles sont un instrument redoutable de contrôle et de tri des populations (entre les tout juste bons à exploiter et les autres, indésirables). Qu'elles servent à protéger les privilèges d'une minorité et à entretenir les inégalités sociales et économiques. Si les capitaux et les marchandises peuvent circuler librement, ce n'est pas le cas de la majorité de la population exclue de la mobilité internationale. Ce sont toutes celles et ceux qui restent bloqué.e.s à la frontière, séparé.e.s par des murs, des barbelés et des clôtures électrifiées, qui devraient venir parler des frontières ; les rescapé.e.s de la guerre menée contre les migrant.e.s par les États européens et leur armée, Frontex. Ce n'est malheureusement pas ce qui est au programme de cette 7e édition du festival de géopolitique.