Cycle dominations & santé

Cycle_dominations_et_sant

Cycle_dominations_et_sant

Cycle dominations & santé

La prise en charge de la santé nous concerne toutes tous et pourtant est très personnel. Elle est en même temps sociale et individuelle. Il en est de même pour la maladie, comme pour la folie, comme pour la souffrance, comme pour l’inacceptable. Définir et contrôler la santé, c’est donc définir et contrôler les femmes et les hommes ainsi que la société dans laquelle ils vivent. En ce sens la manière dont « on » réfléchit la santé produit de la domination par l’accaparement par un très petit nombre de ses normes, de ses protocoles, de ses définitions, … Mais la santé est aussi incluse dans une société inégalitaire qui est elle-même traversée par des processus de domination. Domination des hommes sur les femmes, domination des blancs sur les non-blancs, domination entre classe sociale. En ce sens, celles et ceux qui s’occupent pour nous de notre santé reproduisent ces dominations dans leurs discours, leurs techniques, leurs visions des choses. Et cela d’autant plus que la santé est devenue un moyen de contrôle social d’une utilité extraordinaire puisqu’il permet, comme le disait Foucault, de « prendre en compte et de prendre en charge les individus jusque dans leur grain le plus tenu ». Enfin notre état de santé est bien souvent révélateur de notre statut dans les différents processus de domination.
La volonté de ce cycle est de nous amener à réfléchir, repérer, discuter des processus de domination à l’œuvre dans le domaine de la santé ; mais aussi à imaginer collectivement les moyens que nous avons de nous émanciper et de faire évoluer les normes et les processus de contrôle.

> Mercredi 15 janvier 2014 / 20h / Ouverture du Cycle
Comment la santé révèle les discriminations racistes et classistes.

Projection et débat autour du film « notre santé n’est pas à vendre », réalisé en 1975-1976 par un collectif de 11 militants français et algériens de l’ADCFA (Association Dauphinoise de Coopération Franco-Algérienne ). Tourné dans des usines, chantiers BTP et logements de l’agglomération grenobloise, ce film en français et arabe parle de l’histoire récente de Grenoble. Les réalisateurs militants (ouvriers, étudiants, menuisier, assistante sociale, médecin… ) ont pointé du doigt les conditions de travail et de logement des travailleurs immigrés, et leurs impacts sur la santé. Face à ce constat, les ouvriers se sont engagés dans un long travail de prévention, et dans une lutte collective afin d’obtenir des améliorations de leur situation. En présence d’une partie des réalisateurs et réalisatrices du film.

> Jeudi 13 février / Cycle domination & Santé / opus 2 / 20h
Définir et contrôler la folie, la psychiatrie comme outil des dominants.

Discussion et débats à partir d’extraits vidéos autour de l’utilisation socio-historique de la psychiatrie comme outil de répression et de gestion ainsi que des moyens de l’affronter radicalement. En présence de collectifs de lutte contre l’aliénation psychiatrique.

> Jeudi 20 mars / Cycle Dominations & Santé/ opus 3 / 20h
Le contrôle du corps féminin par l’institution médicale.

Coformation en non-mixité femmes, lesbiennes, trans
Atelier de travail sur le repérage des mécanismes de la domination homme-femme à l’œuvre dans l’institution médicale et sur les moyens individuels et collectifs de lutte et d’ émancipation.

> Mercredi 16 avril / Cycle dominations et santé : opus 4 / 20h

Pour en finir avec la culpabilisation individuelle en santé : à propos des causes collectives des inégalités sociales de santé.
Les rapports sociaux de dominations (classe, « race », sexe) 1ère partie

Avec Jessy Cormont, sociologue (P.H.A.R.E pour l’égalité), auteur du rapport : Pour une politique publique d’égalité. Acteurs de santé en quartier populaire face aux discriminations et inégalités sociales de santé.

> Mardi 13 mai / Cycle dominations et santé : opus 5
De l’idéologie médicale aux normes sociales, ou comment la santé m’a rendu malade !
Une conférence gesticulée de benjamin Cohadon

Attention : cette soirée aura lieu à la faculté de médecine de la Tronche, amphithéâtre boucherle et débutera à 20h tapante