Livraisons des échangismes littéraires confinés – avril 2020

Échangismes littéraires – avril 2020

Les échangismes littéraires d’Antigone se sont tenus en visio ce mercredi 1er avril.

  • Les Odyssées : Podcast jeunesse de France Inter (il ne faut pas dire “jeunesse” mais “tout public”). Chaque épisode présente un personnage historique, par exemple Socrate.

  • Un féminisme décolonial, Françoise Vergès : Il s’agit d’une critique de certains courants féministes, notamment d’une partie du MLF. L’autrice s’oppose au féminisme civilisationnel. Elle pense les rapports sociaux et les rapports “pays du Nord”/”pays du Sud” et les intègre dans le féminisme. Ça se lit super bien, c’est assez court.

    • Essai sur le ménage à domicile et le retour à la domesticité, François-Xavier Devetter et Sandrine Rousseau : Essai sur le sujet du ménage au sein des couples.

    • La conjuration des ego : Féminismes et individualisme, Aude Vidal : Un livre pas épais (une centaine de page) qui parle de la problématique des féminismes face à l’individualisme, et le fait que les luttes individuelles prennent le pas sur les luttes collectives.

    • Article de Libération au sujet de l’effet de la pandémie du Covid-19 sur le travail à domicile.

  • Le dossier sur la collapsologie du n° 136 (février 2020) de Philosophie Magazine : Ce dossier fait le point sur ce qu’est la collapsologie à travers plusieurs articles : le premier présente la collapsologie de façon générale (sa création, ses grands principes, son évolution…), le deuxième propose une carte avec les différentes influences théoriques de la collapsologie + les différentes branches de cette dernière, le troisième présente le survivalisme. Ensuite, le dossier propose trois critiques adressées à la collapsologie par des penseurs. Enfin, il se conclut sur une interview de Pablo Servigne. Un dossier intéressant pour découvrir ce qu’est la science de l’effondrement, plutôt en vogue en ce moment, et pouvoir se faire un premier avis.

  • Le voyage à Bordeaux, Yoko Tawada : Roman où nous suivons Yuna, une femme japonaise arrivant à Bordeaux. Le début du livre est assez énigmatique car on ne sait pas pourquoi elle est ici, mais l’histoire remonte étape par étape à l’origine de ce voyage pour nous permettre de comprendre. On entre bien dans la peau du personnage principal, l’écriture est ciselée et au plus proche des émotions, des sensations : les phrases sont courtes, ça rend l’ensemble très dynamique alors qu’il n’y a pas d’action. Et l’autrice développe toute une réflexion passionnante sur la langue.

    • Le parcours de Doktoro Esperanto, le créateur de l’esperanto, est très intéressant.

  • La casse du siècle : À propos des réformes de l’hôpital public, Pierre-André Juven, Frédéric Pierru & Fanny Vincent : Écrit par 3 sociologues, dont un grenoblois. Il s’agit d’une analyse historique et sociologique des réformes de l’hôpital public sur 30 ans, avec pas mal de recul sur l’idéologie qui les sous-tend (introduction du neo-management, virage ambulatoire, mise en concurrence avec les cliniques…). Cet ouvrage analyse les théories sous-tendant ces réformes, leurs effets et la façon dont elles sont appliquées. Très très bien décrit, permet de comprendre comment on en est arrivé à la situation actuelle.

    • Hôpital public, le grand malaise : Très bon documentaire qui est passé sur LCP (La Chaîne Parlementaire). Il montre différents hôpitaux, dont un flambant neuf mais qui n’est déjà plus opérationnel du fait du manque de moyens. Il met également en évidence l’opposition entre une direction de cadres, avec une approche gestionnaire, et les salariés sur le terrain.

    • Le cas Olivier Véran ou l’hypocrisie comme mode de gestion de crise : Cet article a été réalisé par le journal Le Postillon, et republié par Lundimatin (lien ci-dessus) et Médiapart. Il s’agit d’une présentation du nouveau ministre de la santé, Olivier Véran.

    • L’hôpital se fout de la charité : Reportage sur l’hôpital public dans La Revue dessinée, en 2019.

  • [Suite à la présentation d’une œuvre d’art, que l’autrice de ce compte-rendu est bien incapable de résumer] : Dripped, court-métrage réalisé par Léo Verrier, sur un homme qui vole des tableaux dans les musées pour pouvoir les manger…et se transformer !

  • Peste, Chuck Palahniuk : Roman polyphonique de personnes ayant rencontré le patient zéro d’une épidémie de peste ou de rage (on ne sait pas trop), maladie contractée après la morsure d’une chauve-souris. Un roman trash assez bluffant, surtout dans le contexte actuel de pandémie.

  • Vous êtes servis, Jorge Leon : Documentaire visible sur Tënk, qui présente la vie des femmes indonésiennes formées au métier de bonne pour aller servir aux Émirats Arabes Unis ou au Moyen-Orient. On suit les six mois à un an de formation qu’elles vivent, et leur vie à partir de là. C’est absolument glaçant. Elles commencent à travailler tôt, si possible avant le mariage pour gagner de l’argent pour leur dot et pour leur premier enfant. Ce sont des contrats de trois ans, pendant lesquelles elles sont sur-exploitées. Après quoi, elles reviennent en Indonésie pour faire un enfant, puis repartent travailler quand l’enfant est sevré, etc. Et cela dans la meilleure des situations, car il y a aussi des cas où ça ne se passe pas comme ça.

    • Entretien avec la photographe grecque Evangelia Kranioti, qui a notamment fait une exposition photographique autour de certaines de ces femmes exploitées.

    • Raphaël Dallaporta est un photographe français qui a travaillé sur l’esclavagisme moderne.

  • La mal-mesure de l’homme, Stephen Jay Gould : Essai sur le déterminisme biologique. L’auteur analyse la pensée des déterministes, qui soutenaient que l’intelligence est acquise à la naissance et immuable, et qui ont essayé de trouver des paramètres prouvant cela…d’abord des critères physiques (la taille du cerveau, etc.), puis d’autres (comme le QI). L’auteur reprend leurs études, montre les biais ainsi que l’influence politique des déterministes. L’auteur est un proche de Chomsky.

  • Libres d’obéir : Le management du nazisme à aujourd’hui, Johann Chapoutot : Ce livre montre que les nazis qui n’étaient pas célèbres n’ont pas du tout été jugés et que beaucoup ont pu reprendre une vie “normale”, la chasse aux nazis n’ayant eu lieu qu’à partir des années 70. L’auteur présente également la politique du consentement des nazis, et explique l’influence du nazisme dans les théories du management, même si leurs théories sont devenues ringardes à partir des années 70. A bien aimé ce livre, mais ne sait pas quoi en penser.

  • Khooneye Ma, Marjan Farsad : Chanson avec un très beau clip façon film d’animation.