Communiqué de presse du collectif anti répression 38

COMMUNIQUE DE PRESSE
Nous manifestant.e.s, associations, syndicats et autres citoyen.ne.s sommes mobilisé.e.s
depuis janvier 2019 sur la loi anti-casseurs qui se préparait, venant restreindre encore les
droits et libertés. Loi après loi, le dispositif sécuritaire multiplie les exceptions au principe de
séparation des pouvoirs et à la garantie des droits et libertés fondamentaux. Si des violences
ont été commises par des manifestants contre des biens, des institutions ou des personnes,
en aucun cas elles ne justifient que l’exécutif s’arroge des pouvoirs exorbitants et des
méthodes de répression disproportionnées.
Plus de 5000 arrestations, plus de 1000 blessé.e.s, des dizaines de mutilations, 2
comas, 1 décès, depuis un an les luttes des Gilets Jaunes, des étudiants et des
lycéens ont battus des records de garde à vue, de personnes déférées en justice, des
milliers de grenades et de balles “de défense” tirées sur les manifestants.
Le 1er Mai à Grenoble a été marqué par un niveau de répression élevé : alors qu’une petite
centaine de personnes manifestait pacifiquement à la suite de la manifestation inter-
syndicale, les forces de l’ordre sont intervenues de manière brutale et démesurée .
L’utilisation de gaz lacrymogènes et les coups de matraque ont eu pour conséquence
l’évacuation en urgence de plusieurs personnes vers le CHU, pour malaises respiratoires
ou pour blessures. Huit personnes ont été placées en garde à vue (2 ont été jugées en
comparution immédiate le 3 mai, et ont écopé d’amendes et de peines de prison avec
sursis). Une neuvième personne a également été placée en garde à vue dans les jours qui
ont suivi.
Ce même jour, les forces de l’ordre ont chargé dans le passage du Jardin de Ville et les tirs
de gaz lacrymogènes ont atterri dans le parc où se trouvait des dizaines d’enfants, des
personnes âgées, des promeneurs ainsi qu’un ensemble d’associations et de syndicats.
Les manifestant.e.s interpellé.e.s comparaîtront devant la justice le 16 septembre 2019.
Nous souhaitons soutenir toutes les victimes du régime Macron, les mutilé.e.s, les
éborgné.e.s, les noyé.e.s, les gardé.e.s à vue, pour la liberté de manifester et la liberté
d’expression,
Nous vous invitons à nous rejoindre :
-Le lundi 16 septembre à 12h30 pour un rassemblement devant le Tribunal de Grande
Instance.

-Du 10 au 16 septembre, dans les initiatives du collectif, en participant à une semaine
contre la répression pour apporter soutien moral et financier aux prévenus.
▪10/09 à ANTIGONE, 22 rue des violettes , 20h : Projection du film “Gilets Jaunes une
répression d’Etat” suivie d’une discussion (ouverture des portes à 19h)
▪12/09 CAMPUS St Martin d’Hères , à l’arrêt BU , 14h : stands , à 20h : concerts
▪13/09 au LOCAL SOLIDAIRES, 3 rue Frederico Garcia Lorca , 17h30 : débat/apéro autour
de la répression patronale
▪14/09 au 38 rue d’Alembert, dès 18h : Table ronde autour de l’anti-répression suivie d’un
repas
▪16/09 Tribunal de Grande Instance, 12h30 : Rassemblement avant procèsSi .

vous êtes victime ou témoin de la répression,
si vous souhaitez soutenir ou vous tenir informé de nos projets,

vous pouvez nous suivre sur Facebook “CAR 38 – Collectif Anti-Répression Grenoble”
ou nous contacter à l’adresse suivante : car38@riseup.net

Le Collectif CAR 38
ULC, UNL, le 38, ANTIGONE, NPA, SOLIDAIRES, CNT, CIIP, LDH, des Gilets Jaunes, et d’autres…